Les championnats du monde universitaires de triathlon, qui ont lieu tous les deux ans, ont souvent bien réussi aux Français par le passé.

Depuis 2008, quatre d'entre sont montés sur la plus haute marche du podium : Brice Daubord (2008), Étienne Diemunsch (2010), Thomas André et Alexandra Cassan-Ferrier (2012). Lors de la précédente édition, à Nyon (Suisse), les tricolores avaient dû se contenter de deux médailles de bronze, récoltées par Léo Bergère et Sandra Dodet. Feront-ils mieux ce week-end à Kalmar (Suède) ?

Chez les hommes, ils seront quatre au départ ce samedi, avec des chances à peu près égales : Maxime Hueber Moosbruger (2e de la coupe d'Europe de Weert), Nathan Grayel (10e de la coupe du monde d'Astana et 7e de la coupe d'Europe de Weert), Nathan Guerbeur (6e de la coupe d'Europe de Weert) et Louis Vitiello (5e des Jeux Méditerranéens et 5e de l'Euro juniors l'an passé).

Les Britanniques Chris Perham (2e de la coupe d'Europe Premium de Holten) et Jack Willis (6e de la coupe d'Europe de Malmö) devraient être leur principaux rivaux.

Chez les femmes également, les chances de médailles sont réelles. En terminant 6e de la coupe du monde de Lausanne il y a quinze jours, Jeanne Lehair a démontré qu'elle avait retrouvé le chemin de la grande forme. En Suisse, la Messine devançait de 5 places Mathilde Gautier qui s'était beaucoup dépensée à vélo. Fin juillet, en terminant 18e de la WTS d'Edmonton, la Grayloise avait prouvé qu'elle progressait petit à petit sur le plan international.

GRAND-PRIX-D1-FEMMES-DE-TRIATHLON-A-DUNKERQUE

Pour la victoire, les Bleues devraient croiser le fer avec la Mexicaine Vanesse De la Torre (2e en 2016), la Japonaise Hiraku Fukuoka (6e de la coupe monde de Weihai l'an passé) et l'Allemande Nina Eim (3e de la coupe d'Europe de Weert).

Format de la course : Sprint (750-20-5).

Programme

Samedi 1er septembre

Départ course femmes : 10h00

Départ course hommes : 13h00

Dimanche 2 septembre

Départ relais mixte : 10h