ambiance-izoard.jpg

La 35e édition de l'EmbrunMan a livré son verdict. Le public a longtemps espéré la victoire d'un Français dans les courses masculine et féminine, avec Charlotte Morel, Etienne Diemunsch ou Romain Guillaume, mais ceux-ci se sont effondrés en course à pied. Les couronnes ont finalement atterri sur les têtes de l'Australienne Carrie Lester, déjà vainqueur en 2016, et du Belge Diego Van Looy, qui inscrit son nom pour la première fois au palmarès.

ambiance-parc-matin.jpg

ROMAIN-GUILLAUME-AU-DEPART.jpg
Romain Guillaume, l'un des favoris du jour, avant le départ.

1 124 bonnes âmes au départ pour défier Le Mythe. 5H du matin, nuit noire. Température extérieure, 10 degrés. Température de l'eau, 20,5 degrés. L'EmbrunMan, dont le départ est donné à 5h50 pour les filles et 6h pour les garçons plante son décor. Peu de sourires sur les visages des pros comme des groupes d'âge. Tous ont conscience de s'offrir une aventure dont ils ne sont pas sûrs d'écrire la fin de l'histoire. Finalement, la corne de brume libère les énergies et sonne comme un soulagement. Une libération.

depart-hommes.jpg

Favorites de la course, Charlotte Morel et Carrie Lester se marquent dans les eaux sombres du plan d'eau d'Embrun. Les deux femmes sortent ensemble de l'eau, la Varoise en tête, et rejoignent leur emplacement vélo. Plus rapide en transition, Charlotte Morel prend quelques secondes d'avance à la sortie du parc, mais elle sera vite rejointe dès les premières pentes pour sortir d'Embrun. Pointée à 3'35 du duo dans la zone de transition, l'Espagnole Judith Corachan Vaquera est déjà loin et ne reverra jamais la tête de course.

sortie-natation-Morel.jpg
Charlotte Morel sort de l'eau en tête...

MOREL-VELO.jpg
... et mène la course avec Carrie Lester derrière elle.

À toi, à moi. À moi, à toi. À l'avant, Charlotte Morel et Carrie Lester prennent tour à tour la tête de course. L'Australienne s'adjuge finalement un petit matelas de 1'30 au pied de l'Izoard sur la Française. Quatorze kilomètres plus haut et 1 100 m de dénivelé positif plus tard, l'écart est monté à 2'20. Rien de bien grave pour la protégée de Frédéric Belaubre au km 98.

À Briançon, Charlotte s'est rapprochée de Carrie puis va malheureusement profiter de la chute de l'Australienne du côté de Presles. Le coude gauche amoché et avec un dérailleur arrière récalcitrant, Carrie Lester reprend sa route, mais accuse 5' de retard au sommet de la bosse de Champcella (km 150).

LESTER-VELO.jpg
Carrie Lester a chuté à 45 km de l'arrivée.

Pas de duel
Alors que Charlotte Morel rejoint T2 en tête, comme lors de ses deux précédentes participations en 2016 et 2017, Carrie Lester limite la casse avec 5'23 d'écart dans le parc à vélos. Au vu des événements, le public croit alors aux chances de la Française de contenir sa poursuivante et d'aller (con)quérir une course qu'elle chérit tant. Mais après seulement 6 km seulement de course à pied, Carrie Lester est déjà revenue sur la fuyarde et lui a collé 56 secondes !

charlotte-cap.jpg
Charlotte Morel dans les rues d'Embrun.

Au passage de la première boucle, km 14, Charlotte Morel pointe même à 5'35. Les deux jeunes femmes ne courent pas sur le même rythme et l'écart augmentera tout au long des deux dernières boucles du marathon laissant ainsi le champ libre à l'Australienne d'inscrire son nom pour la deuxième fois au palmarès après 10h51'43 d'effort. arrivee-lester.jpg
2e victoire à Embrun pour Carrie Lester.

Charlotte Morel termine 2e (3e en 2017 et 2e en 2016) en 11h06'28 et l'Espagnole Judith Corachan Vaquera, 3e tout au long de la journée, monte sur la 3e marche du podium en 11h20'34.

arrivee-Morel.jpg
Encore un bel accessit pour la belle varoise.

Duo de Frenchies à l'avant
Chez les hommes, l'excellent nageur Robin Pasteur a comme très souvent mis les turbines en marche. Après 3 800 m de natation, le Montreuillois dispose de plus de 2 minutes sur ses poursuivants dont Etienne Diemunsch, Romain Guillaume. Victor Del Corral sort à 6'30 de l'homme de tête et Andrej Vistica à plus de 8'.

sortie-natation-Pasteur.jpg
Robin Pasteur, 1er à s'extraire de l'eau. sortie-natation-ETIENNE.jpg Etienne Diemunsch, 2e à la sortie de l'eau.

ETIENNE-INCIDENT-DE-COURSE.jpg
Petit incident de course (saut de chaîne) pour Etienne Diemunsch dans les premiers kilomètres.

Devant, on n'attend pas les retardataires. Romain Guillaume, licencié au club d'Embrun cette saison, a mis les watts en route et rejoint rapidement Robin Pasteur. Au km 55, Romain Guillaume à 3'45 sur Robin Pasteur, 5' sur Etienne Diemunsch, 5'10 sur Jaroslav Kovacic (2e en 2017) et 7'25 sur Gwenaël Ouillères.

Au pied de l'Izoard, les écarts ont encore grandi. La meilleure montée est à mettre au crédit d'Etienne Diemunsch qui comble 5'35 en 14 km et bascule au sommet avec l'homme de tête Romain Guillaume. Derrière, on retrouve Jaroslav Kovacic à 6'15, Robin Pasteur et Gwenaël Ouillères à 7'30.

garoslav-kovacic-velo.jpg
Jaroslav Kovacic à l'affût durant le vélo.

Ces écarts vont à peu près se maintenir jusqu'à T2, même si Diemunsch a réussi à fausser compagnie à son compagnon d'échappée. L'Auvergnat pose à T2 avec 1'15 sur Romain Guillaume, le chouchou local. Gwenaël Ouillères est 3e à 8'29, Jaroslav Kovacic 4e à 9'30. Plus loin, Diego Van Looy pointe le bout de son nez avec 15' de retard sur la tête.

Une fusée belge
Pendant ce temps, Romain Guillaume a baissé pavillon dès les premiers kilomètres de course à pied. Après 14 km, soit à la fin du premier des trois tours à effectuer, Etienne Diemunsch dispose de 6'52 sur Jaroslav Kovacic, 7'12 sur Gwenaël Ouillères et 8'15 sur Romain Guillaume dès lors 4e. La messe est dite pour le Jurassien. De son côté, Diego Van Looy se présente à 9' seulement...

ROMAIN-GUILLAUME-CAP.jpg
Romain Guillaume n'a pu tenir le rythme des premiers à pied.

ETIENNE-CAP.jpg
Etienne Diemunsch en tête sur la course à pied.

Un tour plus tard, km 28, la course est inéluctablement relancée. Au passage sur ligne, Jaroslav Kovacic est leader avec 17 petites secondes d'avance sur Diego Van Looy qui fond sur lui et 30 secondes sur un Etienne Diemunsch visiblement dans le dur. Vu les allures respectives, le scénario de fin de course est écrit d'avance avec un Diego Van Looy qui semble incontrôlable.

Van_Looy-CAP.jpg
Diego Van Looy était inarrêtable.

arrivee-van-looy-bis.jpg
Quelle remontada pour Diego Van Looy !

Le Belge s'impose au terme d'un marathon bouclé en 2h44'22. Également sous les 3h à pied (2h56'08), Jaroslav Kovacic monte sur la 2e marche du podium comme l'année dernière. Enfin, Gwenaël Ouillères (1er Français) se hisse sur la 3e marche. Etienne Diemunsch termine 5e, Kevin Rundstadler 6e et Romain Guillaume 8e.

OUILLERES-CAP.jpg
Gwenaël Ouillères prend une très belle 3e place.

Top 5
Hommes

  • 1 Diego Van Looy (Bel), 9h45'54
  • 2 Jaroslav Kovacic (Slo), 9h49'47
  • 3 Gwenaël Ouillères (Fra), 9h57'24
  • 4 Andrej Vistica (Cro), 9h58'50
  • 5 Etienne Diemunsch (Fra), 10h05'34

Femmes

  • 1 Carrie Lester (Aus), 10h51'43
  • 2 Charlotte Morel (Fra), 11h06'28
  • 3 Judith Corachan Vaquera (Esp), 11h20'34
  • 4 Elisabetta Curridori (Ita), 11h42'02
  • 5 Isabelle Ferrer (Fra), 11h46'05

Retrouvez les résultats détaillés sur www.ipitos.com

Quelques photos d'ambiance :

ouilleres-velo.jpg
Gwenaël Ouillères.

VISTICA-VELO.jpg Le Croate Andrej Vistica dans l'Izoard. Il terminera au pied du podium.

RUNSTADLER-VELO.jpg
Kevin Rundstadler, 6e du jour.

CORDIER-CAP.jpg
Le quintuple vainqueur de l'épreuve Yves Cordier. Il abandonnera finalement au terme du 1er tour à pied.