AMBIANCE-VENTOUX-TER.jpg
etrainte-arrivee.jpg
Carrie et Scott, un couple en or aujourd'hui au sommet du Ventoux !

En consacrant Carrie Lester et Scott De Filippis, le VentouxMan a mis à l'honneur l'un des couples phares du triathlon international. Ému aux larmes et de retour aux affaires car en perte de performances, l'Américain a accueilli les bras ouverts sa partenaire de vie, d'entraînement et de compétition sous l'arche d'arrivée à la station du Mont Serein après avoir dynamité la course à pied. De son côté et sans réelle opposition, Carrie Lester a mené l'épreuve de bout en bout. Une excellente préparation en vue de ses prochains objectifs à Nice et sur l'Embrunman.

À 7h du matin, lorsque quelques gouttes ont fait leur apparition sur le plan d'eau de Piolenc, quelques mines se sont rapidement tendues. Le menu de la journée étant déjà corsé, personne ne souhaite d'autres handicap à surmonter, que l'on se nomme Marcel Zamora ou Laurent Tartempion. Ce ne fut finalement qu'une feinte, une petite blague jouée par la météo pour, peut-être, tester les plus motivés des 800 inscrits au départ de cette 4e édition du VentouxMan avec Lemon Grass. De la motivation, il en faut pour affronter le Géant de Provence. Du respect aussi. Sinon le Mont Chauve s'octroie le droit de traumatiser cuisses, mollets, poumons et cœurs.

DEPART-natation.jpg

Heureusement, le ciel a donné sa bénédiction et la course s'est parfaitement lancée à 7h30. Les femmes avec 5' d'avance sur les hommes. Un écart qui a permis à la grandissime favorite Carrie Lester de sortir seule de l'eau sans s'être fait rattraper. L'Australienne, vainqueur de l'EmbrunMan 2016 (2e en 2017) et de l'Ironman France Nice 2017, a avalé les 2 000 m de natation en 27'44 pour s'en aller seule compter fleurette et ouvrir la course sur les routes de Provence.

1ERE-natation.jpg
Carrie Lester est sortie seule au monde.

Les favoris se jaugent
Jan Thalmann, le premier homme à terminer la natation, a bouclé... la boucle en 25'48 devant les deux favoris de la course. Dans l'eau, Marcel Zamora et Erik Merino ne se sont pas quittés d'un battement, faisant course commune en 27'14, suivis par Pierre-André Anizan et quelques secondes plus tard par l'Américain Scott De Philippis. Romain Garcin et Sébastien Boujenah, les locaux du jour, sortaient à 3'.

1ER-homme-natation.jpg
Le jeune Jan Thalmann a signé le meilleur chrono natation masculin.

ZAMORA-natation.jpg
Marcel Zamora pointé par le tenant du titre Erik Merino.

Tout ce beau petit monde pouvait alors partir en direction des abords du Mont Ventoux accompagnés d'un léger vent de face. Sur cette première partie roulante le long des champs de lavandes et au cœur des vignobles vauclusiens, chacun a essayé de trouver son équilibre entre vitesse et économie d'énergie dans la perspective de la terrible montée. Au km 30, à Roaix, Pierre-André Anizan mène avec un maigre butin de 45''. Erik Merino, le tenant du titre, et Marcel Zamora sont tout en gestion, au contraire du Suisse Thomas Huwiler, sorti 13e de l'eau, qui effectue la plus belle remontée jusqu'à prendre la tête aux abords de Beaumes-de-Venise au km 45 où la route commence à s'élever pour échauffer les concurrents.

suisse-velo.jpg
Le Suisse Thomas Huwiler a dynamité la course à vélo.

AMBIANCE-VELO-VILLAGE-TER.jpg
Le magnifique arrière-pays provençal.

Au sommet de la montée de Crillon-le-Brave au km 60 (1,3 km à environ 12%), l'homme de tête possède alors 1' d'avance sur Romain Garcin, lui aussi très en jambes sur son vélo, 1'40 sur Erik Merino et 3'40 sur un quatuor composé de Marcel Zamora, Scott De Filippis, Jan Thalmann et Paul Teachout. Un confort qu'il porte à 2' sur Merino au virage de St Estève qui marque le véritable début de l'ascension du Mont Ventoux, plus de 4' sur Scott De Filippis et plus de 5' sur Marcel Zamora qui, à partir de ce moment-là, perdra irrémédiablement du temps sur ses adversaires.

-ZAMORA-VELO-NEW.jpg
Comment en 2017, Marcel Zamora n'a pas pesé sur la course.

DE-PHILIPIS-VELO-TER.jpg
Des hommes à l'avant, seul Scott De Filippis a pu véritablement accélérer.

C'est dur pour les concurrents, mais on peut alors affirmer que la course commence ici. Dix kilomètres à 10 % de pente pour rejoindre le Chalet Reynard qui vont chambouler les classements. Les rythmes s'inversent. Thomas Huwiler, qui a fait le choix d'une lenticulaire, ne peut que ralentir. Erik Merino maintient sa vitesse alors que Scott De Filippis accélère. Au Chalet Reynard, à 7 km de l'observatoire, le trio Erik Merino, Pierre-André Anizan et Thomas Huwiler s'est formé en tête de course. Sur la meilleure dynamique, Erik Merino rejoint le sommet et bascule en tête à l'assaut des six derniers kilomètres en descente qui le sépare de la T2. Auteur d'une très belle montée (2e temps du jour voir classement plus bas), Scott De Filippis se présente en deuxième position au sommet du Géant de Provence en compagnie de Pierre-André Anizan alors que Thomas Huwiler vit un calvaire mais finit par basculer en 4e position.

MERINO-VELO-TER.jpg
Erik Merino à l'attaque dans le Ventoux dont il atteindra le sommet en tête.

AMBIANCE-VELO2-TER.jpg
L'ambiance lunaire du Géant de Provence.

Merino en route pour le doublé ?
À T2, le vainqueur 2017 part pour quatre tours de 5 km avec 1'47 d'avance sur Pierre-André Anizan qui a lâché Scott De Filippis auteur d'une descente ultra prudente et du coup pointé à 2'01. Thomas Huwiler est à 3'44. Ce dernier est le plus rapide en course sur le premier tour et reprend une minute à tout le monde pour être à 2'53 de l'homme de tête. Le deuxième tour de 5 km va alors mettre en lumières les états de formes. Alors qu'Erik Merino faiblit en tête, Scott De Filippis garde encore de la fraîcheur et trouve le moyen d'accélérer. Au km 10, il reprend la 2e place à Pierre-André Anizan et n'a plus que 37 de retard sur Merino. Thomas Huwiler, toujours en 4e position, grimace mais pointe à 1'57. Un tour plus tard, les dynamiques se confirment : Scott de Filippis a repris la tête à Erik Merino et dispose déjà de 56 d'avance sur l'ex-homme de tête. De son côté, Thomas Huwiler a aussi repris la 3e place à Pierre-André Anizan et pointent respectivement à 1'56 et 2'27 de l'Américain. Le dernier tour ne changera rien. Les places se figent et Scott De Filippis remportent cette édition 2018. Erik Merino, lessivé, prend la deuxième place et Thomas Huwiler complète le podium.

ARRIVEE-LESTER-TER.jpg
Carrie Lester, facile vainqueur de l'épreuve.

Quelques minutes plus tard, Carrie Lester, la compagne de Scott De Filippis, levait également les bras. L'Australienne remporte une course qu'elle a maîtrisé de bout en bout. Sortie avec 1'15 d'avance sur Annabelle Dietre et plus de 4' sur Bénédicte Perron, elle a ensuite profité du vélo pour sans cesse accentuer son avance. Derrière elle, Alice Meignie a effectué le plus beau vélo pour se présenter en 2e position à T2 à 9'00 de la leader et devant Bénédicte Perron pointée de son côté à 21'. Malgré les 20 km de la course à pied, les positions n'ont pas changé figeant ainsi les positions pour ce podium 2018.

CAP-DANS-LES-NUAGES-TER.jpg

Témoignages
Thomas Huwiler (4e)
: « Je ne connaissais pas du tout cette montée et je me suis fait prendre en défaut avec ma lenticulaire. Elle m'a bien servi aux abords du Ventoux sur toute la première partie, mais dans l'ascension, j'ai vraiment senti qu'elle me tirait en arrière. J'ai eu beaucoup de mal à terminer la montée, j'ai cru un moment que j'allais devoir abandonner tellement mes jambes me faisaient mal. J'ai fini par rejoindre la T2 dans un état de grande fatigue et pour aborder un parcours à pied très exigeant. J'ai réussi à aller chercher cette troisième place. C'est génial, c'est une super course, c'est beau, mais c'est tellement dur ! J'ai très envie de revenir. »

Romain Garcin (10e)
: « Un peu déçu par rapport à ma 5e place l'année dernière, mais je me sentais bien, j'ai un peu tenté le truc... J'étais content de ne pas sortir trop loin de l'eau, je me suis calé sur Zamora et Merino, je suis à 3', ensuite de les reprends au bout de 20 bornes. Les jambes tournaient bien, mais bon, je préfère quand même les profils plus vallonnés et accidentés comme Lanzarote, ou ça monte et ça descend. Dans tous les cas, je cherchais un effort dur en vu de l'Ironman de Nice dans trois semaines alors tout va bien ! »

Alice Meignie (2e)
: « Je me suis vraiment fait plaisir sur le vélo. Un peu dégoutée d'avoir été souvent derrière des groupes, mais bon, je me suis dit qu'il y avait le Ventoux et qu'il se chargerait de faire la sélection. Un peu scotchée au début puis j'ai retrouvé des jambes, un peu plus roulant après le Chalet. Vraiment sympa tous les bénévoles avec les bidons c'était top. Je ne connaissais pas du tout le vélo. On m'avait dit du vent... Ça fait un an que je traîne quelques blessures sur le vélo comme en course à pied. La course à pied était dure mais elle s'est plutôt bien passée même si j'avais un gros doute en raison de mes genoux. Honnêtement, je venais juste pour finir, mon rêve aurait été un top 5. »
2EME-FILLE-TER.jpg

Bénédicte Perron (3e)
: « Je suis vraiment heureuse de ma course. J'ai commencé par une assez bonne natation, ensuite le début du vélo je n'aime pas du tout les parcours roulants donc j'ai essayé de ne pas forcer pour en garder un maximum. Et quand l'ascension du Ventoux a commencé je me suis dit que ça allait être long... J'ai quand même pu accélérer à partir du Chalet Reynard. Mais le paysage est magnifique, rien que pour ça, il faut faire cette course. À pied, c'était dur aussi, la bosse fait très mal. Ce tour est lui aussi très beau avec le panorama sur les montagnes. »
3EME-FILLE-TER.jpg

Les Top 10 2018
Hommes

  • 1 Scott De Filippis, 5h07'28
  • 2 Erik Merino 5h09'25
  • 3 Thomas Huwiler, 5h09'47
  • 4 Pierre-André Anizan, 5h10'45
  • 5 Jan Thalmann, 5h17'59
  • 6 Thomas Lemaître, 5h19'04
  • 7 Xavier Jové Riart, 5h24'52
  • 8 Christian Rutschmann, 5h26'52
  • 9 Antoine Martin, 5h27'39
  • 10 Romain Garcin, 5h28'29

Femmes

  • 1 Carrie Lester, 5h41'26
  • 2 Alice Meignie, 5h48'11
  • 3 Bénédicte Perron, 6h05'55
  • 4 Laetition Dardanelli, 6h15'38
  • 5 Annabelle Dietre, 6h22'16
  • 6 Claudine Hotz, 6h24'44
  • 7 Anke Hennecke, 6h25'02
  • 8 Aurélia Boulanger, 6h29'22
  • 9 Karin Gerber, 6h32'14
  • 10 Lionele Baroux, 6h38'40

Le top 5 de la montée du Ventoux

  • 1 Thomas Lemaître, 1h15'13
  • 2 Scott De Filippis, 1h16'58
  • 3 Erik Merino, 1h18'48
  • 4 Pierre-André Anizan, 1h20'35
  • 5 Antoine Martin, 1h20'40

Les résultats complets ici : https://www.timingzone.com/ventouxman-2018/
Toutes les infos de la course : http://www.ventouxman.com

AMBIANCE-VELO-OLIVIER.jpg AMBIANCE-VENTOUX1-TER.jpg CAP-DANS-LES-NUAGES2-TER.jpg AMBIANCE-CAP-TER.jpg