village-ambiance.jpg

Au cœur du village vauclusien de Piolenc avait lieu ce matin l'ouverture du village exposants pour le retrait des dossards, le dépôt des sacs de transition et le point presse avec la présentation des élites et notamment Erik Merino, le tenant du titre. L'occasion de recueillir leurs impressions à J-1.

Erik Merino (26 ans, Esp, tenant du titre, vainqueur de l'Half Altriman 2015 et 2016) :
« C'est une épreuve très dure que j'ai eu la chance de remporter l'année dernière. Prendre le départ du VentouxMan est un vrai défi et ayant gagné en 2017, je n'imaginais pas ne pas défendre mon titre en 2018. Je vois ça comme une sorte de responsabilité. Il ne faut sous-estimer personne, ni les adversaires, ni le Ventoux. »
Le braquet maxi qu'il prévoit pour la montée : 39x11-28
press-merino.jpg

Marcel Zamora (40 ans, Esp, 5x vainqueur Ironman de Nice et 6x vainqueur de l'EmbrunMan) :
« Il ne faut pas se chercher d'excuses, l'année dernière je n'étais pas au niveau et Erik avait été très costaud en réalisant une très belle course. Cette année, je ne suis pas au top de ma forme non plus, notamment à pied, mais je suis tout de même là pour jouer le podium et faire de mon mieux. »
Le braquet maxi qu'il prévoit pour la montée : 39x11-28
press-zamora.jpg

Scott de Filippis (38 ans, Usa, 3e du triathlon de l'Alpe d'Huez 2015 et 18e de l'EmbrunMan 2017) :
« On a pu se préparer sur une course en Californie (il partage sa vie avec l'Australienne Carrie Lester, ndlr) qui ressemble beaucoup au VentouxMan et qui emprunte la montée du Mont Palma près de San Diego. Mais bon, il ne faut pas négliger le Ventoux, ni notre acclimatation depuis une semaine qui a causé pas mal de fatigue. Demain, il sera très important de ne pas rater son ravitaillement, de penser à manger et boire en fonction de l'effort qui nous attend, sous peine d'exploser... »
Le braquet maxi qu'il prévoit pour la montée : 39x11-28
Press-De-Philipis.jpg

Romain Garcin (28 ans, Fra, 6e du VentouxMan 12e de l'EmbrunMan 2017) :
« L'année dernière, je m'étais présenté sans un grand entraînement à vélo, je n'étais pas prêt à affronter une montée comme celle du Ventoux. Mais parfois, la fraîcheur a du bon et j'avais au final pris une belle 6e place. Cette année, j'ai pu réaliser un entraînement hivernal bien plus propre, donc sur cette distance et en plus à la maison, j'espère faire bien mieux. Il ne reste que cinq places devant, je veux aller en chercher une. J'en profite pour demander à tous de ne rien jeter dans le Ventoux, s'il vous plaît. Coureurs, suiveurs, familles, enfants, préservez cet espace et cet environnement. »
Le braquet maxi qu'il prévoit pour la montée : 39x11-28
press-garcin.jpg

Sébastien Boujenah (27 ans, Fra, 3e du VentouxMan en 2015 et 8e en 2017) :
« J'ai participé à toutes les éditions du VentouxMan car je me régale ici chaque année. La course sera serrée sur le plat, tout va se faire dès les premières pentes du Ventoux. Chacun prendra son allure et on verra allure qui est capable d'en mettre un peu plus et de relancer. La course à pied aussi est exigeante, il ne faut pas partir trop vite et véritablement savoir gérer son effort et sa foulée car le profil est exigeant. Sur le Ventoux, j'utiliserai un mono plateau avec une cassette de vtt à l'arrière. »
Le braquet maxi qu'il prévoit pour la montée : 52 (mono-plateau) x 11-36
press-sebastien-boujenah.jpg

Carrie Lester (37 ans, Aus, Vainqueur Ironman France Nice 2017 et de l'EmbrunMan 2016, 2e de l'EmbrunMan 2017) :
« Nous avons fait une très bonne préparation chez nous en Californie (elle vit avec le triathlète Scott de Filippis, ndlr) et nous sommes arrivés il y a une semaine en Suisse. Forcément il y a de la fatigue entre le voyage, l'adaptation et l'entraînement. Mes réels objectifs arrivent dans trois semaines avec l'Ironman de Nice fin juin et Embrun en août, une course où à chaque fois que je la termine je me dis que je ne reviendrai pas. Mais terminer 2e l'année dernière a été une vraie déception. Pour demain, je ne sais pas réellement quoi espérer, même si quand on prend le départ d'une épreuve, on a toujours envie de lever les bras. J'espère tout de même le podium. »
Le braquet maxi qu'elle prévoit pour la montée : 39x11-28
press-lester.jpg

Bénédicte Perron (22 ans, Fra, 4e du Triathlon de Deauville 2017, vainqueur du Triskel Race 2017) :
« Je suis d'origine bretonne, les cols, c'est assez nouveau pour moi et je n'ai découvert le Mont Ventoux que très récemment. Que c'est dur ! Dur, mais magnifique quand tu es là-haut. Je sens que cette course va être exceptionnelle à vivre. Je suis encore très jeune pour du Longue Distance, mais j'aime ces formats. J'espère réaliser une jolie course et obtenir une belle place. »
Le braquet maxi qu'elle prévoit pour la montée : /
press-benedict-perron.jpg

Toutes les informations de la course sur : http://www.ventouxman.com/fr/

press-doussot-et-zamora.jpg
Charles Doussot, l'organisateur de la course, avec Marcel Zamora.

village-ambiance-2.jpg village-ambiance-3.jpg village-produits-ventouxman.jpg
village-retrait-des-dossards.jpg