Ce matin se jouait la 1re manche de la World Triathlon Series (WTS) 2018, à Abu Dhabi, la capitale des Émirats Arabes Uni. Le circuit mondial est en effet de retour après sa pause hivernale et depuis la grande finale de Rotterdam (Pays-Bas) remportée brillamment par Vincent Luis en septembre dernier.

La lutte promettait d'être belle avec un plateau quasi complet pour les top athlètes de la discipline dont Mario Mola, le double champion du monde en titre. Seul manquait à l'appel le double champion olympique britannique Alistair Brownlee pour cause de blessure et l'Espagnol Javier Gomez désormais tourné vers le Longue Distance. Côté Bleus, cinq hommes étaient au départ Vincent Luis (3e ici-même en 2017), Pierre Le Corre, Dorian Coninx, Simon Viain et Léo Bergère (11e ici l'an dernier).

Après deux années en format M, cette épreuve se déroulait cette fois-ci sur distance S (750-20-5) avec notamment cinq tours à vélo du circuit de formule 1, chaque tour comprenant une trentaine de virages ! L'occasion de voir les talents de pilotage des hommes en présence d'autant plus sur une chaussée détrempée et glissante.

En effet, alors que l'on pouvait s'attendre à une chaleur étouffante, la température de départ n'atteignait que 20 degrés, avec quelques gouttes et 23 degrés dans l'eau.

Connu pour ses qualités de nageur, le Slovaque Richard Varga a pris la tête des opérations sur la gauche du ponton avec Jonathan Brownlee dans ses pieds. Mais une autre pointe se dessinait alors de l'autre côté du canal avec le Sud-Africain Henri Schoeman. C'est d'ailleurs ce dernier qui passait en tête la première bouée avec environ 5 mètres d'avance sur le Slovaque. Récent 2e de la 1re manche de la Coupe du monde de Cape Town chez lui en Afrique du Sud et derrière son compatriote Richard Murray, Schoeman a fait l'effort tout au long de cette partie natation pour sortir en tête après 8'53 d'effort avec l'Américain Ben Kanute. Le Britannique Jonathan Brownlee et les Français Vincent Luis (4e) et Dorian Coninx (6e) pointaient alors à 5, puis Léo Bergère à 12 ou encore Pierre Le Corre à 20. Plus loin, le Norvégien Kristian Bluemmenfelt (3e du classement final 2017) sortait à 26 de même que Mario Mola à plus de 30''.

Chutes en série
Le début de la partie vélo était le théâtre de chutes et glissades en pagaille. Malheureusement pour le clan tricolore, le premier à aller au tapis fut Dorian Coninx, dès les premiers virages après la transition alors qu'il tentait d'accrocher le groupe de tête. En effet, à l'avant se retrouvaient Henri Schoeman, Vincent Luis, Jonathan Brownlee et Ben Kanuté. Sur un goudron glissant, Léo Bergère faisait assez vite la jonction accompagné de l'Italien Alessandra Fabian, de l'Allemand Justus Nieschlag puis de l'Australien Aaron Royle. Alors que Jonathan Brownlee mène le premier tour, il chute dans un virage à droite. C'est ensuite Alessandro Fabian qui ira au tapis dans ce même premier tour...

Pour tenir sur deux roues, il fallait donc faire preuve d'une certaine expérience et maîtrise, ce qu'à ensuite démontré Henri Schoeman. À l'amorce du 3e tour et suite à un enchaînement de courbes, le Sud-Africain possède une dizaine de secondes d'avance sur ses poursuivants (Luis, Bergère, Kanute, Brownlee, Royle et Nieschlag). Vincent Luis et Léo Bergère, habiles, mènent le train sans trop prendre de vent à l'avant, ce qui permet le retour du groupe Mario Mola, dans lequel figure Pierre Le Corre, dans la fin du 3e tour. Le champion du monde en titre accélère dans le 4e tour avec Vincent Luis dans sa roue, mais Henri Schoeman fait étalage de sa virtuosité et garde son avantage avant la course à pied.

Schoeman résiste à Mola
À T2, Henri Schoeman ne dispose que de 6 secondes d'avance sur un duo composé du Canadien Tyler Mislawchuk et du Suisse Thomas Bishop sortis de l'arrière. Mola, Luis, Bergère et consorts pointent eux à 20 secondes. Le champion du monde sent le danger et prend la poursuite à son compte avec Vincent Luis et Léo Bergère dans sa foulée alors qu'il ne reste que 5 km de course à pied pour la victoire. Mislawchuk et Bishop repris, un bras de fer s'engage à 3 km de l'arrivée entre l'homme de tête et ses trois poursuivants qui accusent 13 secondes de retard. À un tour de l'arrivée (2,5 km), Luis et Bergère cèdent un peu de terrain à Mola qui tente un retour sur Schoeman. L'Espagnol revient à 10 secondes à un gros kilomètre puis 6 secondes à 250 m de l'arrivée, mais il ne peut empêcher le succès du Sud-Africain.

Abu_dhabi_save-3.jpg

Henri Schoeman remporte cette première manche WTS 2018 en 57'03 devant Mario Mola à 6 secondes. Comme l'année dernière, Vincent Luis prend la 3e place à 22 secondes et Léo Bergère s'octroie une magnifique 4e place à 31'' du vainqueur du jour.

Les Bleus entament brillamment le circuit mondial dont les points comptent désormais pour le classement dans la course aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020. La deuxième manche se tiendra aux Bermudes les 28 et 29 avril.

Top 10

  • 1 Henri Schoeman (RSA), 57'03
  • 2 Mario Mola (ESP), 57'09
  • 3 Vincent Luis (FRA), 57'25
  • 4 Léo Bergère (FRA), 57'34
  • 5 Jacob Birtwhistle (AUS), 57'40
  • 6 Joao Silva (POR), 57'45
  • 7 Jonathan Brownlee (GBR), 57'56
  • 8 Adrien Briffod (SUI), 57'57
  • 9 Gustav Iden (NOR), 57'58
  • 10 Richard Murray (RSA), 57'59
  • ...
  • 13 Pierre Le Corre (FRA), 58'13
  • 32 Simon Viain (FRA), 59'27
  • DNF Dorian Coninx (FRA).

Abu_dhabi_save_1-1.jpg