Comme l'an passé, c'est Abu Dhabi qui aura l'honneur d'accueillir la manche inaugurale du circuit WTS ce vendredi

Le plateau s'annonce encore plus somptueux que lors de la précédente édition. Il l'aurait été encore plus encore si le double champion olympique Alistair Brownlee n'avait déclaré forfait en dernière minute. Manqueront également à l'appel deux athlètes qui avaient brillé sur cette même course l'an passé : Javier Gomez (1er) et Jodie Stimpson (2e).

Chez les hommes, la lutte s'annonce âpre pour la victoire. Comme il s'agira d'une course de rentrée pour la majorité des concurrents, établir des pronostics n'est pas chose aisée.

Il est tentant de faire confiance à un athlète ayant déjà couru cette année : le Sud-Africain Richard Murray (vainqueur de la coupe du monde de Cape Town).

Abu_Dhabi_Murray.jpg

Mais ils sont nombreux à ne pas l'entendre de la même oreille. À commencer par le champion du monde en titre, Mario Mola, même s'il avait peu été convaincant, ici-même, l'an passé pour sa rentrée (8e).

On retrouvera également au départ les deux athlètes qui avaient devancé l'Espagnol lors de la finale du circuit 2017 à Rotterdam : le Français Vincent Luis (1er) et le Norvégien Kristian Blummenfelt (2e).

Abu_Dhabi_Luis_Schoeman.jpg

Sixième de la série championnat du monde, le Britannique Jonathan Brownlee est également un lauréat en puissance.

D'autres athlètes ont prouvé par le passé qu'ils pouvaient, dans un grand jour, se mêler à la lutte pour le podium : l'Espagnol Fernando Alarza (1 victoire et 6e podiums en WTS), les Français Pierre Le Corre (3 podiums en WTS) et Dorian Coninx (1 podium en WTS), le Britannique Thomas Bishop (2e ici-même l'an passé), l'Australien Jacob Birthwhistle (3 podiums en WTS), le Sud-Africain Henri Schoeman (3e des JO de Rio et 2e de la récente coupe du monde de Cape Town), le Portugais Joao Pereira (5e des JO de Rio) et le Belge Marten Van Riel (6e des JO de Rio).

Les deux autres Bleus engagés, Léo Bergère et Simon Viain, viseront chacun le 2e Top 10 de leur carrière.

De son côté, Raphaël Montoya a préféré faire l'impasse sur cette course.

Chez les femmes, le nom de la gagnante semble beaucoup moins plus facile à trouver. Impressionnante l'an passé (six victoires en sept courses), Flora Duffy est bien décidée à poursuivre sur sa lancée.

Abu_Dhaby_Duffy.jpg

La Bermudienne devra toutefois se méfier des Britanniques Vicky Holland et Non Stanford (respectivement 3e et 4e des JO de Rio), qui viennent de montrer leur forme avancée en prenant les deux premières places de la coupe du monde de Cape Town.

Abu_Dhabi_Holland_Stanford.jpg

Les Américaines Katie Zaferes et Kirsten Kasper (3e et 4e du circuit WTS 2017), l'Australienne Ashleigh Gentle (2e du circuit WTS 2017) et la Néo-Zélande Andrea Hewitt (lauréate de cette même course l'an passé) comptent bien également se mêler à la lutte pour les médailles.

Quant au deux Françaises engagées, Léonie Périault et Cassandre Beaugrand, elles ont les moyens de se hisser dans le Top 15, voire dans le Top 10 en cas de course favorable.

CHAMPIONNATS D'EUROPE ELITE FILLES DISTANCE M À KITZBUHEL

Format de la course : 750 - 20 - 5

Départ des courses :

Vendredi 2 mars :

- 13h36 (10h36 heure française) : course masculine

-15h36 (12h36 heure française) : course féminine