En Malaisie, les tricolores ont brillé. Romain Guillaume s'impose de fort belle manière, record vélo et de la course en prime. De son côté, Manon Genêt monte pour la 1re fois sur un podium Ironman, derrière les Allemandes Diana Riesler et Mareen Hufe.

Le travail et la persévérance paient. Romain Guillaume aurait pu jeter l'éponge. En cette fin de saison, après plusieurs échecs de rangs sur la distance Ironman, entre maux de ventes, chute et hypothermie, le Jurassien souhaitait tourner la page. Que nenni ! Il s'est remobilisé et s'est inscrit à l'Ironman de Malaisie, pour tenter de mettre fin à une spirale négative sur un format full distance qu'il apprécie de plus en plus.

Il aura donc fallu se rendre de l'autre côté de la terre pour lever les bras. Idéalement sorti de l'eau en 2e position derrière le Hongrois Balazs Csoke en 48'06 contre 48'01, le sociétaire du Triathl'Aix a décidé de décanter la course dès la première transition : « J'ai voulu créer une cassure à T1, j'ai réussi à partir seul et ensuite j'ai réalisé un très bon vélo. Je me sentais bien, donc j'ai appuyé fort car je savais que je prenais du temps sur mes adversaires », a-t-il précisé après course. Un parcours costaud au point de signer le meilleur chrono vélo de l'histoire de l'épreuve en 4h29'17.

Malaisie-2.jpg
Romain Guillaume en route pour la victoire !

Avec 11' d'avance sur ses poursuivants à T2, il fallait gérer cette position de leader et le mauvais souvenir de 2015 où, dans la même position, il avait finalement pris la 44e place. L'histoire ne se répétera pas et, malgré une belle remontée du Danois Jens Petersen-Bach, 3h00'00 au marathon contre 3h10'58 pour le Français, Romain Guillaume conserve un peu moins de 4' d'avance et remporte son 3e Ironman après ceux de Mont Tremblant 2012 et Lanzarote 2014. Surtout, il marque 2 000 points au classement KPR pour Hawaii 2018 se mettant ainsi en très bonne position pour la qualification.

Malaisie-3.jpg

Manon Genêt sur la boîte
Dans la course féminine, l'ogre se nommait Diana Riesler. Triple tenante du titre, l'Allemande souhaitait une nouvelle fois inscrire son nom au palmarès de l'épreuve. Deuxième en 2016, sa compatriote Mareen Hufe espérait inverser les rôles.

Si l'Américaine Laurel Wasser sortait 1re de l'eau en 55'31, les deux Allemandes n'étaient pas loin mais accompagnées de la Française Manon Genêt, les trois femmes terminant la partie natation ensemble en un peu moins de 58'. À vélo, Diana Riesler a ensuite accéléré pour rejoindre T2 avec 8' d'avance sur Mareen Hufe et 10' sur Manon Genêt. Faisant jeu égal sur le marathon en 3h19, les deux Allemandes se neutralisaient pour prendre les deux premières places sur le podium. Manon Genêt, 3h26 au marathon, contenait quant à elle le retour de l'Espagnole Saleta Castro Nogueira pour monter sur la 3e marche marche du podium. Une première pour la Française sur la distance reine.

Malaisie-1.jpg
Manon Genêt, heureuse de sa 3e place.

Résultats
Hommes

  • 1 Romain Guillaume (Fra), 8h32'54
  • 2 Jens Petersen-Bach (Dan), 8h36'44
  • 3 Roman Deisenhofer (All), 8h40'45
  • 4 Christian Kramer (All), 8h46'53
  • 5 Nicholas Baldwin (Syc), 8h56'18

Femmes

  • 1 Diana Riesler (All), 9h19'01
  • 2 Mareen Hufe (All), 9h27'23
  • 3 Manon Genêt (Fra), 9h36'14
  • 4 Saleta Castro Nogueira (Esp), 9h38'36
  • 5 Parys Edwards (Gbr), 10h21'33

Malaisie-1-1.jpg