Tous les jours, jusqu'à samedi, Triathlete revient sur les anciennes éditions de l'Ironman d'Hawaii grâce aux articles publiés dans le magazine. Aujourd'hui, focus sur l'année 2007. Dans le long reportage proposé dans le numéro de novembre, Olivier Berraud, proposait un portrait croisé du cadet et du doyen de la délégation française. D'un côté un certain Romain Guillaume, inconnu jusque-là. De l'autre, Patrick Montjallard.

" L'un a 22 ans, l'autre 57. D'un côté, Romain Guillaume, jeune homme discret au gabarit de poche. De l'autre, Patrick Montjallard, vieux renard pleine de gouaille à la peau burinée. Le premier est le plus jeune français à Hawaii, le second le plus âgé. Le cadet, entraîneur de natation, est licencié à Lons-le-Saunier. L'aîné, est professeur en lycée technique à Avignon Le Pontet.

Hawaii_doyen.jpg

Curieusement, malgré son jeune âge, le Jurassien compte, avant ce grand rendez-vous plus d'épreuves distance Ironman à son compteur que le Vauclusien. Il avait vingt ans pour son baptême du feu. C'était en août 2005 à Embrun, avec son père Patrick. "Papa et moi sommes souvent au départ des mêmes courses. Nous avons effectué par exemple deux fois Zürich ensemble", confirme Romain. Depuis deux ans, ils avaient un objectif commun : se qualifier pour Hawaii. Le père y est parvenu en 2006 (60e chez les 50-54 ans), pas le fiston. L'année suivante, c'est l'inverse qui s'est produit. Tandis que Romain décrochait son Graal lors du 70.3 de Monaco, son père échouait en Suisse. Ce dernier est malgré tout présent à Kona, mais comme supporter en compagnie de la maman.

De son côté, Patrick Montjallard a effectué le déplacement en compagnie de son épouse et d'une amie. Pour lui aussi, Hawaii est une première. Étonnant pour quelqu'un qui pratique le triathlon depuis près de 20 ans après l'avoir découvert fortuitement. "J'étais chez moi en train de peindre. J'écoutais la retransmission du triathlon d'Avignon sur Radio France. J'ai eu envie de voir sur le terrain ce que c'était. Cela m'a séduit... Patrick a attendu 2002 et le triathlon de Gérardmer pour se lancer sur son premier Ironman. Patrick avait alors 52 ans. Pas de qualification au bout ni l'année suivante d'ailleurs. Une blessure au genou nécessitant deux opérations l'a ensuite mis sur le carreau pendant deux ans. Nullement découragé, le Provençal a rongé son frein, puis a repris l'entraînement une fois guéri. En septembre 2006, il décroche enfin la timbale à Monaco. Comme Romain Guillaume...

Leur objectif pour leur premier "Hawaii" n'était bien sûr pas le même. Romain voulait terminer dans les 100 premiers au scratch avec un Top 5 dans sa catégorie. De son côté, Patrick souhaitait réussir un chrono sous les 12h30. Aucun n'est parvenu à ses fins.

Romain avait pourtant bien commencé la course. Sorti en 27e position de l'eau en 52'41, il poursuivait sur sa lancée à vélo pour rejoindre T2 en 59e position. Il était alors 2e Français, devant Gilles Reboul et Laurent Jalabert... Le premier l'a doublé très rapidement, le second au 18e km. " J'ai gaspillé beaucoup trop d'énergie à partir du 120e km vélo quand j'ai commencé à être dans le dur. C'est de là que vient sans doute mon hypoglycémie à pied. Il m'est déjà arrivé de craquer sur une course, mais pas à ce point." Trois cent concurrents l'ont dépassé. Verdict sans pitié : 357e en 10h06'00.

Il a fallu attendre un peu plus de deux heure trente pour voir apparaître le doyen tricolore, exténué également à l'arrivée. " C'était fantastique mais que ce fut dur ! Je n'ai pas tenu la distance. Je me suis rogné les ailes à cause de ce satané vent. Des douleurs intercostales m'ont également perturbé. Vu les conditions, je suis satisfait de mes 12h40.

Malgré sa souffrance, le Provençal s'est juré de revenir. Tout comme Romain. Ils ont commis des erreurs de débutant. Ils ne les referont plus la prochaine fois. Comme on dit, il faut être pris pour ne plus être pris !

Romain est retourné quatre fois à Hawaii. Il y a obtenu 3 Top 20. Son meilleur classement est une 10e place en 2014 avec un chrono de 8h30'15.

De son côté, Patrick n'a pas eu la chance de revenir à Kona.