Tous les jours, jusqu'à samedi, Triathlete revient sur les anciennes éditions de l'Ironman d'Hawaii grâce aux articles publiés dans le magazine. Aujourd'hui, focus sur l'édition 1995 qui a été marqué par l'énorme défaillance de Paula Newby-Frazer à 300 mètres de la ligne d'arrivée.

Voici un extrait du reportage réalisé par Jérémy Setton et paru dans le numéro 104 de Triathlete.

Où est-elle ? Que fait-elle ? Aux abords de la ligne d'arrivée, la foule s'interroge. Tout le monde attend Paula Newby-Frazer, qui vient d'être annoncée à quelques encablures de l'arrivée. Son huitième Ironman d'Hawaii lui tend les bras, son dernier sacre sur la terre sacrée des volcans, là où elle a construit toute sa gloire. Mais le temps passe et Paula n'arrive toujours pas.

"Elle peut nous entendre", clame le speaker à la foule qui hurle. Mais rien, toujours rien. Puis la rumeur enfle et devient clameur pour accueillir "The new Ironman Champion" : Karen Smyers.

De son côté, Paula ne s'est toujours pas relevée. Elle est à 300 mètres de là. On l'encourage, on l'arrose, on l'exhorte mais Paula sait que son corps ne peut plus, ne veut plus. Ses muscles qui l'ont si souvent fait triompher sont désormais inutiles. La volonté de Paula ne peut rien y faire, la reine de Kona n'est plus qu'une pauvre poupée de chiffon.

Isabelle Mouthon passe devant Paula pour s'en aller cueillir une magnifique deuxième place. La Brésilienne Fernanda Keller décroche le bronze. Enfin, c'est au tour de Paula de passer, en marchant, sous le portique d'arrivée. Cela fait plus de 20 minutes que Karen Smyers en a terminé.

De cette course absolument dramatique, il y a plusieurs enseignements à en tirer. Le premier est que jamais il ne faut présumer de ses capacités à Hawaii, même quand on a sept victoires au compteur. Sur ces terres de feu, l'imprudent ne sort pas vainqueur. On ne défie pas impunément Hawaii et son Ironman. Paula Newby-Frazer en a fait la plus cruelle des expériences.

Elle semblait partie pour vaincre une huitième et dernière fois. Comme à son habitude, Paula avait sorti un vélo "terrific" (5h06' dans le vent), onze minutes de mieux que Karen Smyers.

Dès le début du marathon, on devine que Paula ne va pas bien. Sa course est heurtée et manque d'efficacité. Et derrière elle, il y a Karen Smyers, qui à partir du 16e km, se met à à gagner une minute au mile sur Paula. C'est alors, que sentant fondre sur elle cette menace, Paula commet une erreur de débutant. Elle se met à brûler les postes de ravitaillement croyant sans doute gagner du temps alors qu'en fait elle perdait tout.

Et soudain à 300 mètres de la ligne, elle s'affaisse, se recroqueville, les bras autour des genoux, le corps secoué de spasmes et peut-être aussi de sanglots. Il était trop tard...

Classements

Femmes

  • 1 Karen Smyers (Usa) 9h16'46
  • 2 Isabelle Mouthon (Fra) 9h25'13
  • 3 Fernanda Keller (Bré) 9h37'48
  • 4 Paula Newby-Frazer (Zim) 9h37'54
  • 5 Wendy Ingraham (Usa) 9h42'36

Hommes

  • 1 Mark Allen (Usa) 8h20'34
  • 2 Thomas Hellriegel (All) 8h22'59
  • 3 Rainer Müller (All) 8h25'23
  • 4 Greg Welch (Aus) 8h29'14
  • 5 Ken Glah (Usa) 8h30'40