Pour la 4e année consécutive, Bijou Plage accueillera demain matin (départ à 8h) des milliers de triathlètes venus des quatre coins de la France, mais aussi de toute l'Europe. Cannes, citée mythique de la Côte d'Azur, s'est en effet positionnée comme le premier rendez-vous européen de la communauté du triple effort. Bien qu'encore très jeune, l'épreuve azuréenne a connu un succès immédiat et une fulgurante ascension au niveau de la participation (1 200 dossards en 2014, 1 650 en 2015 puis 2 100 en 2016), ce qui sera encore le cas pour cette édition 2017 puisque 1 200 concurrents sont annoncés (sur 1 seul parcours, ndlr). Certains grands noms du triathlon ne s'y trompent pas et n'hésitent pas à faire le déplacement sur la Croisette, désireux de lancer leur saison sur le Vieux Continent dans les meilleures conditions, entre soleil, mer azur, montagnes et... glamour.

PHOTO MAJESTIC

Un nouveau parcours vélo
Alors que les précédentes éditions proposaient deux distances, l'organisation a cette année choisi de ne mettre en place qu'un seul parcours Longue Distance. « Accueillir plus de 2 000 athlètes sur deux épreuves et sur les routes de l'arrière-pays n'est pas chose aisée en matière de sécurité. Nous avons donc décidé de nous concentrer sur une seule course pour que le spectacle soit plus beau », a expliqué Laurent Lerousseau, le Directeur technique de la course. Ainsi, les participants devront affronter un nouveau format composé de 2 km de natation en deux boucles de 1 km et une sortie à l'australienne, 95 km de vélo avec 1 600 m de dénivelé en une boucle (80 km avec 1 100 m en 2016) et 16 km de course-à-pied via quatre boucles de 4 km autour du parc de Bijou Plage et devant le Palm Beach. Ce nouveau parcours vélo, rallongé d'une quinzaine de kilomètres, comprend toujours l'ascension de la redoutable montée du Tanneron (7 km à 5,5 km) qui permet de creuser les écarts après seulement 17 km de vélo. Jugé technique et exigeant, cette boucle demandera également beaucoup de prudence dans certaines descentes, comme l'ont précisé Charlotte Morel, Sebastian Kienle ou encore Etienne Diemunsch lors de la conférence de presse organisée ce jour à l'hôtel Majestic.

KIENLE<br />
Sebastian Kienle.

Sebastian Kienle en tête d'affiche
Côté course justement, le peloton masculin sera mené par Sebastian Kienle, de retour à Cannes après un premier passage en 2015 (3e derrière Molinari et Frodeno). L'Allemand, champion du monde Ironman (2014) et 70.3 (2012 et 2013) et qui a encore terminé 2e à Kona en 2016 s'inclinant devant son imbattable ami et rival Jan Frodeno, aura la pancarte et sera surveillé comme le lait sur le feu, mais il vient surtout pour lancer 2017 : « L'endroit et son environnement sont parfaits pour ouvrir la saison. Je compare souvent cette épreuve au compte de « La Belle et la Bête ». La Belle, c'est la Croisette et la Bête, c'est le parcours vélo qui est difficile », a lancé le champion allemand. Il devra pour cela se défaire de son compatriote Andreas Raelert (3e l'an dernier ici-même et 3 fois 2e à Hawaii en 2010, 2012 et 2015) et d'un habitué des lieux en la personne de Giulio Molinari (2e en 2014, 1er en 2015, 2e en 2016). L'excellent rouleur Italien affectionne tout particulièrement les routes de l'arrière-pays cannois et vient de prendre la 8e place de l'Ironman Afrique du Sud début avril. Le contingent étranger sera également composé du Belge Bart Aernouts (8e à Kona en 2016, 1er Ironman France Nice et championnat d'Europe 70.3 2014) ou encore de l'Italien Alessandro Degasperi (1er Ironman Lanzarote 2015).

ARRIVVE_DIEMUNSCH.jpg
Etienne Diemunsch.

La France a des arguments
Face à eux, la délégation Française n'a pas à rougir et sera menée par Etienne Diemunsch, surprenant vainqueur en 2016. L'Auvergnat avait en effet réussi à revenir comme un boulet de canon sur la tête de course (Giulio Molinari) dans les derniers hectomètres de la course-à-pied et se présente pour défendre son titre. « Je suis en forme, mais je suis surtout ici pour prendre des marques pour l'année à venir. Les parcours sont magnifiques et ce sera surtout beaucoup de plaisir », a-t-il affirmé ce matin. Autre Frenchie, l'Aixois Bertrand Billard, 7e de l'Ironman 70.3 Dubai en janvier dernier et qui vise le 70.3 Pays d'Aix dans quatre semaines. Le format de demain semble lui convenir parfaitement, lui qui a quelques difficultés à terminer ses courses à pied sur Ironman, à l'instar de Nice l'an dernier. Demain, le parcours vélo devrait lui permettre d'exprimer sa pleine puissance (comme à Nice) et la distance à pied semble idéale (pas trop longue) s'il doit par exemple défendre une avance, au cas où il se présenterait seul à T2. « La liste des engagés promet une jolie bagarre avec Sebastien Kienle, Andreas Raelert (5x podium à Hawaii) et les jeunes loups du triathlon courte distance Léo Bergere et Dorian Coninx. Me concernant, il sera intéressant de voir où j'en suis dans cette fin de préparation hivernale sur un parcours particulièrement vallonné. Et si les voyants sont au vert, je n'hésiterai pas à faire parler la poudre ! », a-t-il commenté.

TRIATHLON IRONMAN NICE 2016
Bertrand Billard.

Coninx et Bergère au départ
Le Polar Cannes International Triathlon accueille effectivement deux membres de l'Équipe de France ITU, avec Dorian Coninx (Poissy Triathlon) et Léo Bergère (St Jean de Monts Vendée Triathlon), engagés début mars sur la première manche du circuit WTS à Abu Dhabi, mais absents lors de la deuxième plus récemment le week-end dernier à Gold Coast en Australie. Si Dorian est néophyte sur l'épreuve et la distance, ce n'est en revanche pas le cas de Léo. Ce dernier était d'ailleurs déjà présent en 2016 et faisait très bonne figure parmi les concurrents de tête avant de devoir abandonner la course suite à un problème mécanique. Surprenant 11e de sa toute première expérience en WTS à Abu Dhabi le 4 mars dernier, il a démontré qu'il savait aujourd'hui nager avec les meilleurs et qu'il disposait d'un gros moteur et de toute la technique nécessaire à vélo en menant l'allure devant les cadors (Gomez, Luis, Murray, etc). Est-il capable de damner le pion à tous les favoris ? En tout cas, son nom revient très régulièrement dans la bouche des suiveurs et accompagnateurs qui se félicitent de retrouver les deux athlètes de l'EDF demain matin et s'enthousiasment à l'idée de les voir enflammer la course dès la partie natation.

La France dispose enfin de quelques athlètes qui essaieront de se rapprocher au plus près du top 10. Si Kevin Rundstadler (AS Monaco Triathlon) et Robin Pasteur (Triathlon Club du Montreuillois) devraient faire étalage de leur qualité de glisse et sortir de l'eau en tête, il faudra aussi loucher vers Julien Pousson (Rouen Triathlon), Frédéric Limousin (Triathlon Store Team Pro), voire Jérémy Morel (AS Monaco Triathlon), dont la sœur, Charlotte, sera en revanche l'une des favorites de la course féminine.

MOREL et DELIGNY
Charlotte Morel.

Des Françaises pour la victoire ?
En effet, l'athlète monégasque joue à domicile et voudra effacer son abandon 2016 pour l'ouverture de sa saison 2017. « Les routes sont difficiles, je les connais bien, cela change des habituels parcours Ironman ou 70.3 plus plats et rapide », a-t-elle déclaré en cette veille de course. Autre force vive du « Rocher », Camille Deligny, de retour en compétition après sa chute sur l'Ocean Lava Tenerife mi-mars (elle avait heurté une moto photo presse qui faisait demi-tour sur le parcours, ndlr) qui l'a empêché de prendre le départ de l'Ironman Afrique du Sud début avril, voudra assurément se relancer. « J'ai eu un trauma crânien, deux semaines d'arrêt complet puis j'ai pu reprendre l'entraînement. J'ai aujourd'hui dix jours derrière moi, cette épreuve arrive dans mon timing de préparation pour l'Ironman de Lanzarote dans cinq semaines qui sera mon vrai objectif. Ensuite, je viserai celui de Francfort début juillet puis Nice », explique-t-elle. À suivre aussi la locale Céline Bousrez. Troisième en 2016, la licenciée du Triathlon du Pays Grassois-Team T2Twinner, voudra rééditer sa performance sur ses terres, après une saison 2016 aboutie (3e du championnat de France Longue Distance à Beaudreix, vainqueur du triathlon LD du Mont Blanc, du Trigames et championne de France de duathlon Longue Distance). Enfin, Camille Donat (Montreuil), vainqueur du Triathlon des Gorges de l'Ardèche 2016, devrait pouvoir prétendre à une place autour du Top10.

VESTERBY
Michelle Vesterby.

Même en l'absence de la Britannique Leanda Cave, tenante du titre 2016, nos Françaises auront malgré tout fort à faire face aux Danoises Michelle Vesterby et Tine Holst, et la Suissesse Emma Bilham. La première, vainqueur de l'Ironman de Cozumel 2016, 4e à Hawaii en 2015 et 6e l'an dernier, est une valeur sûre du peloton international, même si elle a rappelé ce matin n'avoir jamais performé sur l'épreuve, celle-ci étant très éloignée de Kona. Sa compatriote Tine Holst a remporté l'Ironman de Lanzarote 2016 et enfin, Emma Bilham, 2e de l'Ironman France Nice et de Suisse l'an dernier, a pris la 5e place de l'Ironman Nouvelle-Zélande début mars.

Autant chez les hommes que chez les femmes, cette édition 2017 promet de belles batailles. Reste à savoir qui pourra, aux alentours de midi demain, prétendre aux palmes d'or.

Infos pratiques

  • - 6h30 : ouverture du parc à vélo
  • - 8h : départ du Triathlon L & Relais - Bijou Plage
  • - 9h-19h : village Expo & Animations
  • - 11h45 : arrivée du 1er homme
  • - 12h10 : arrivée de la 1ère femme
  • - 14h30 : remise des prix
  • - 16h00 : fin de course

Classements L 2016
Hommes

  • 1. Etienne Diemunsch (Fra), 3h32'24
  • 2. Giulio Molinari (Ita), 3h32'56
  • 3. Andreas Raelert (All), 3h34'10

Femmes

  • 1. Leanda Cave (Bri), 4h08'34
  • 2. Alexandra Tondeur, (Bel), 4h09'42
  • 3. Céline Bousrez (Fra), 4h12'50

Retrouvez toutes les informations de la course sur http://www.cannes-international-triathlon.com/