Le numéro du jeudi 2 février de l'équipe est consacré en grande partie à la candidature de Paris pour les JO de 2024.

Couv_l_equipe.jpg

L'un des articles a réfléchi à la trace que laisserait le plus grand évènement sportif du monde. Celui-ci est illustré par une photo de l'édition du triathlon de Paris

Il y a, bien sûr, ce qui est immatériel, la valorisation du sport et des valeurs olympiques, la promotion de l'engagement citoyen et du bénévolat par exemple. Mais il y aussi le concret.

Selon l'article, la nouveauté la plus spectaculaire sera la création du stade aquatique, qui après les Jeux sera reconfiguré en équipement de proximité.

L'une des grandes priorités sera aussi l'assainissement de la Seine pour permettre la tenue des épreuves de triathlon et d'eau livre dans le fleuve parisien. Après 2024, des zones de baignade seront aménagées.

Pour développer le sport partout dans la ville, la Mairie de Paris s'est, en outre, engagée à mettre, à partir de 2024,à disposition de chaque Parisien un équipement en accès libre à moins de cinq minutes de chez lui. Un sentier de randonnée faisant le tour de Paris (le long des 35 km de la ceinture verte est aussi envisagée.

Source : article de Clémentine Blondet (paru dans l'Équipe du 2 février 2017)