En ce lundi 15 août, toutes les prières des Embrunnais ont poussé les Français. Malheureusement, les deux grands animateurs de la journée, Etienne Diemunsch chez les hommes et Charlotte Morel chez les femmes, ont fini par lâcher prise. De plusieurs minutes pour le Sartrouvillois, mais de seulement quelques secondes pour la Monégasque. Dommage. Les victoires sont finalement revenues au Sud-Africain James Cunnama et à l'Australienne Carrie Lester, plus expérimentés sur le format.

Cette 33e édition de l'Embrunman, l'un des triathlons les plus durs au monde, sentait la poudre, notamment dans la course féminine : Emma Pooley, vainqueur en titre 2015, Carrie Lester, deux fois deuxième du Challenge Roth, Emma Bilham, deuxième de l'Ironman France Nice et de Suisse 2016. Côté Français, les chances de victoire reposaient sur les épaules de Jeanne Collonge, vainqueur il y a deux semaines à l'Alpe d'Huez et déjà double vainqueur à Embrun ainsi que recordwoman de l'épreuve, Charlotte Morel, double championne de France Longue Distance, ou encore Linda Guinoiseau, 3e l'an dernier.

Morel-velo.jpg Charlotte Morel a attaqué la journée pied au plancher.

Comme chaque année, les concurrentes prenaient le départ 5' avant les garçons en se jetant dans les eaux chaudes (24°C ce matin !) du lac de Serre-Ponçon. Et comme souvent, l'excellente nageuse Charlotte Morel prenait les devants dès les premières brassées. Bien que novice sur la distance, la Monégasque a fait étalage encore une fois de sa maîtrise dans l'eau. À son rythme, elle boucle les 3,8 km de la natation en 49'52. Derrière, ses adversaires essaient de limiter la casse. Carrie Lester mène la rébellion, mais avec déjà plus de 3'30 de retard sur la leader à l'entame des 188 km et 5 000 m de dénivelé à venir.

Morel met tout le monde d'accord !

Après 40 km, Charlotte Morel, à peine reprise par la tête de course homme, compte 6' d'avance sur Carrie Lester et 8' sur Jeanne Collonge, l'une des grandes favorites du jour. Les écarts se stabilisent en direction de Guillestre puis du pied du col de l'Izoard, où elle bénéficie toujours de 5'30 sur l'Australienne et 8'40 sur sa compatriote. Les pentes de ce sommet mythique du Tour de France, mais également emblème de l'Embrunman n'y changeront rien : la Monégasque est dans une forme éblouissante. Au sommet, à 2 365 m d'altitude, elle bascule avec 6'40 sur Jeanne Collonge et 7'40 sur Carrie Lester, qui ont échangé leurs places dans la poursuite.

Colonge-velo-Isoar.jpg Jeanne Collonge s'est rapprochée de Charlotte Morel dans l'ascension de l'Izoard.

La longue descente vers Briançon, le retour vers Embrun ainsi que la côte de Chalvet, ultime difficulté du jour au-dessus de la cité, sont avalés tel un métronome par la femme de tête. Charlotte Morel rejoint T2 à l'issue d'un cavalier seul depuis le départ et après avoir bouclé le parcours vélo en 6h28'42, soit 33 de plus que le record de l'épreuve établi par Jeanne Collonge en 2013 en 6h28'09.

Sous les acclamations de la foule, la protégée de Frédéric Belaubre s'élance sur le marathon alors que la chaleur sur le site d'arrivée et le parcours course à pied est étouffante. Derrière, Carrie Lester a posé le vélo à 8'20 et Jeanne Collonge à 9'15. Une voie royale pour la Monégasque ? Pas si sûr. La première boucle de course à pied est difficile à digérer pour Charlotte Morel qui perd plus de la moitié de son avance sur ses adversaires après 14 km, puisque Lester se présente sur la ligne avec 3'25 et Collonge avec 4'30 de retard.

Morel-CAP.jpg La Monégasque a attaqué la course à pied avec plus de 8' d'avance sur ses poursuivantes.

La course à pied rebat les cartes

Effectivement, sa foulée semble bien moins efficace que celle de Jeanne Collonge. Au semi-marathon, la vainqueur de l'Alpe d'Huez il y a deux semaines est pointée à 1'50 de la leader. On se dit alors que la messe est dite et que l'histoire va une troisième fois consacrer l'athlète d'Yves Cordier. Retournement de situation ! À l'entame de la 3e et dernière boucle, Carrie Lester se présente en tête de course avec 56'' d'avance sur Charlotte Morel et 4'40 sur Jeanne Collonge, victime de soucis intestinaux et qui devra finalement abandonner après un léger malaise.

Collonge-CAP.jpg Un temps sur les talons de Charlotte Morel, Jeanne Collonge a finalement craqué.

CARRIE-CAP.jpg Dans les rues d'Embrun, Carrie Lester à la poursuite de Charlotte Morel.

Alors que toute la journée, l'assistance et les suiveurs ont espéré un succès tricolore de Charlotte Morel puis de Jeanne Collonge, c'est une Australienne, bien connue du circuit Ironman car habituée aux places d'honneur, qui ravit la victoire. Carrie Lester s'impose en 10h46'26 avec 2'22 d'avance sur Charlotte Morel (10h48'28). « Franchement, je n'ai rien à regretter sur cette journée. J'ai bien nagé, j'ai bien roulé, j'ai tout donné et passé une excellente journée à l'avant de cette course mythique, où les encouragements étaient nombreux. C'était une première pour moi sur cette distance, un premier marathon. J'échoue pour deux minutes, c'est si peu sur une si longue distance. Il y a forcément un peu de déception, car j'avais fait de cette épreuve mon objectif majeur de la saison ».

Carrie-arrivee.jpg L'Australienne Carrie Lester s'impose pour la première fois à Embrun.

FRED_CHARLOTTE-arrivee.jpg Charlotte Morel (2e) et Frédéric Belaubre.

Cunnama refait le coup de l'Alpe d'Huez

Face au vainqueur sortant, le Croate Andrej Vistica, tout juste de retour d'un stage en altitude à St Moritz en Suisse, il faisait figure de principal adversaire. James Cunnama, vainqueur il y a 15 jours du Triathlon EDF de l'Alpe d'Huez voulait surfer sur sa forme et continuer de se préparer dans les meilleures conditions en perspective d'Hawaii. Le Sud-Africain s'est une nouvelle fois imposé à l'expérience, attendant son heure après une natation complètement ratée.

Faure-velo.jpg Hervé Faure a roulé à l'avant de la course jusqu'au pied de l'Izoard.

À l'instar de Charlotte Morel, Robin Pasteur prend les commandes à l'issue de la natation en 46'42. La première bosse du parcours vélo avalée, un trio ouvre la course masculine : Robin Pasteur évidemment, rejoint par Hervé Faure et Etienne Diemunsch. Les trois hommes devancent une petit groupe de poursuivants pointé à 3' et dans lequel figurent Benoît Bigot, vainqueur du VentouxMan 2015 et venu se confronter au mythe, et un certain James Cunnama. Le Sud-Africain, mécontent de sa natation (49'02), s'est mis en tête « de faire sa course et de ne pas s'occuper de ses adversaires ». Plus puissants que les hommes de tête, il comble l'écart et rejoint le trio au pied de l'Izoard, qu'il entame en tête avec quelques longueurs d'avance. De son côté, Andrej Vistica, après une natation plus que ratée (en 54'44) s'est rapproché de la tête et pointe à 6' en compagnie des Français Arnaud Guilloux et Guillaume Jeannin.

Ambiance-Isoar.jpg La célèbre Casse Déserte dans la montée de l'Izoard.

vistica-velo-Isoar.jpg Sorti loin en natation, le vainqueur sortant Andrej Vistica est remonté en 3e position dans l'Izoard.

Devant, dans les pourcentages de l'Izoard, Etienne Diemunsch a lâché tout le monde à la pédale.

ETIENNE-velo.jpg Le Français Etienne Diemunsch bascule en tête au sommet de l'Izoard.

Il bascule au sommet devant Cunnama, Vistica, l'Espagnol Rodriguez Iglesias et le Belge Timothy Van Houtem, qui sera malheureusement victime d'une chute dans la descente dès les premiers lacets et transporté vers l'hôpital de Briançon.

Le retour vers Embrun fige les positions mais creuse les écarts. À T2, Etienne Diemunsch possède 1'50 d'avance sur James Cunnama et 8' sur Andrej Vistica. Le suspens n'aura pas vraiment lieu. La foulée du Sud-Africain est bien plus fraîche et efficace. Il rattrape et dépose le Français dès le 7e km et s'envole vers une première victoire en 9h35'45 après de multiples podiums (2e en 2010 et 3e en 2009, 2013 et 2015).

cunama-CAP.jpg Cunnama a attendu la course a pied avant de prendre les rênes de la course.

Diemunsch, pétri de crampes après le semi, laisse même filer le podium. Vistica, mal embarqué en début de journée, obtient finalement une deuxième place en 9h50'55, soit plus d'un quart d'heure après le vainqueur. L'Espagnol Gustavo Rodriguez Iglesias complète la boîte sous les 10h en 9h59'30.

vistica-CAP.jpg Le Croate Vistica obtient une belle deuxième place derrière l'intouchable Cunnama.

Etienne-CAP.jpg Pétri de crampes, Etienne Diemunsch franchira finalement la ligne en 6e position.

James Cunnama, vainqueur de l'Embrunman 2016 : « Embrun sera à coup sûr l'une des plus belles lignes de mon palmarès. Même s'il y a la victoire au bout, c'est toujours difficile. J'ai très mal nagé, donc j'ai décidé de faire ma course sans véritablement m'occuper de mes adversaires. Je suis ravi de m'être enfin imposé sur cette course mythique après quatre podiums. »

RÉSULTATS 2016

Hommes

  • 1. James CUNNAMA (Afs), 09h35'45
  • 2. Andrej VISTICA (Cro), 09h50'54
  • 3. Gustavo RODRIGUEZ IGLESIAS (Esp), 09h59'30
  • 4. Herve FAURE (Aubenas Tri), 10h03'53
  • 5. Thibaut HUMBERT (Team Noyon Tri), 10h06'20
  • 6. Etienne DIEMUNSCH (EC Sartrouville), 10h13'01
  • 7. Fredrik CRONEBORG (Sue), 10h13'37
  • 8. Arnaud GUILLOUX (Rennes Tri), 10h16'21
  • 9. Guillaume LECALLIER (Versailles Tri), 10h18'55
  • 10. Maxime BENEY (Triviera), 10h20'53

Femmes

  • 1. Carrie LESTER (Aus), 10h46'26
  • 2. Charlotte Morel (As Monaco Tri), 10h48'58
  • 3. Camille DELIGNY (As Monaco Tri), 10h56'05
  • 4. Emma BILHAM (Sui), 11h07'05
  • 5. Stephanie REYMOND (ASM Saint Etienne Tri 42), 11h37'41
  • 6. Juliette BENEDICTO (Trisaleve Annemasse Agglo), 11h39'00
  • 7. Stefanie ADAM (SPTC), 12h05'15
  • 8. Morgane PACHOLCZYK (Versailles Tri), 12h34'38
  • 9. Margit MESSINGER-WALEK (Hausbrunn), 12h52'08
  • 10. Martine Van Aalst (Hellas), 12h55'08

Retrouvez tous les résultats sur http://www.embrunman.com