La 2e manche (3e si on compte l'étape de Yokohama en fin d'année dernière) de la série championnat du monde 2012 s'est déroulée ce week-end à San Diego.

Certains Français comptaient bien marquer des points importants en vue de la sélection olympique. Une seule tricolore a finalement réussi à marquer les esprits des sélectionneurs : Jessica Harrison.

En terminant 4e de la course, la Pisciacaise devrait avoir assurer sa place à Londres. Elle a effectué une course très intelligente, réussissant à s'immiscer dans le groupe de huit échappées qui a rejoint T2 avec une avance phénoménale (2'30). Les sept autres, qui se sont hissées dans le bon wagon, sont Helen Jenkins (Gbr), Erin Densham (Aus), Laura Bennett (Aus), Sarah Haskins (Usa), Vicky Holland (Gbr), Sarah Groff (Usa), et Flora Duffy).

Quatre filles se détachaient dès le début de la course à pied : Jenkins, Densham, Haskins et Bennett. Mais très vite, la course se résuma à un duel entre Jenkins et Densham. Après avoir un moment envisagé la victoire, l'Australienne cédait d'un seul coup.

La victoire revenait donc à la championne du monde, Helen Jenkins, qui confirmait par la même occasion sa domination actuelle sur le triathlon féminin. Malgré une fin de course difficile, Densham gardait aisément l'argent. Le bronze était conservé in-extremis par Laura Bennett, inquiétée sérieusement à la fin par Jessica Harrison revenue comme un boulot de canon. La 2e Française engagée, Carole Péon n'a pas connu la même réussite (36e).

Du côté masculin, aucun Bleu n'a réussi à jouer à un rôle actif dans la course. Le premier d'entre eux, Tony Moulai n'apparaît qu'à la 14e place du classement. Il est vrai que le regroupement général à vélo (près de 50 concurrents) n'a pas arrangé leurs affaires.

2012 ITU World Championship San Diego

Sans surprise, la course à pied a été dominée par Jonathan Brownlee, même s'il a été accompagné jusqu'à la mi-course, par le Sud-Africain, Richard Murray, grosse révélation de ce début de saison (2e à Sydney). Une accélération violente du Britannique, digne de son frère Alistair (toujours blessé rappelons-le), laissa alors pantois le Springbok. Jonathan pouvait filer ensuite tranquillement vers la victoire. Il ne pouvait être que satisfait de sa rentrée.

De son côté, Murray paya ses efforts prématurés, se faisant chiper l'argent par le Suisse Sven Riederer, qui revient en forme après un Euro bien décevant (17e). Le Sud-Africain parvint tout de même à garder le bronze malgré la fin de course tonitruante de l'Espagnol Mario Mola. Cerise sur le gâteau pour le Sud-Africain, il s'empare du commandement de la WTS.

2012 ITU World Championship San Diego

Aucun Français n'a réussi à se classer dans le Top 10. Le premier d'entre eux, Tony Moulai n'apparaît qu'à la 14e place. Les autres sont beaucoup plus loin : Aurélien Raphaël (25e), Frédéric Belaubre (57e).

Francais_natation.jpg

Tout se jouera donc à Madrid pour la clôture de la sélection française. Vincent Luis, qui devrait effectuer sa rentrée, devra prouver qu'il a retrouvé la plénitude de ses moyens s'il veut être du voyage londonien. Seul Tony Moulai, fort de sa 4e place à l'Euro, semble être en mesure de lui chiper le précieux sésame. La lutte s'annonce passionnante.

Classements

Femmes

  • 1. Helen Jenkins GBR 01:58:21
  • 2. Erin Densham AUS 01:59:26
  • 3. Laura Bennett USA 02:00:11
  • 4. Jessica Harrison FRA 02:00:14
  • 5. Vicky Holland GBR 02:00:28
  • 6. Flora Duffy BER 02:00:46
  • 7. Anne Haug GER 02:00:50
  • 8. Sarah Haskins USA 02:00:56
  • 9. Emma Moffatt AUS 02:01:18
  • 10. Ashleigh Gentle AUS 02:01:33

36 Carole Peon FRA 02:04:15

Hommes

  • 1. Jonathan Brownlee GBR 01:48:47
  • 2. Sven Riederer SUI 01:48:52
  • 3. Richard Murray RSA 01:49:01
  • 4. Mario Mola ESP 01:49:09
  • 5. Hunter Kemper USA 01:49:18
  • 6. Ryan Sissons NZL 01:49:22
  • 7. Tim Don GBR 01:49:25
  • 8. Bevan Docherty NZL 01:49:29
  • 9. Manuel Huerta USA 01:49:31
  • 10. Kris Gemmell NZL 01:49:40
  • 14 Tony Moulai FRA 01:49:49
  • 25 Aurélien Raphael FRA 01:50:16
  • 57 Frederic Belaubre FRA 01:54:25