De notre envoyé spécial.

Il ne lui a pas manqué grand chose pour décrocher le Graal. Cinq secondes tout au plus. Mais ces secondes coûtent cher à Tony Moulai. Elles le privent de podium mais surtout de qualification directe pour les JO de Londres. La condition sine qua non était en effet de terminer dans les trois premiers. Et le Pisciacais termine 4e. Ses regrets seront d'autant plus vivaces qu'en raison d'une pénalité, il a dû s'arrêter une quinzaine de secondes à la Penalty Box. Le calcul est vite fait...

Un grand bravo malgré tout au Pisciacais qui a su saisir sa chance en se portant à l'offensive à vélo et en faisant mieux que résister en course à pied. Les choses s'étaient pourtant mal engagées pour Tony qui n'avait pas réussi à intégrer le groupe de tête à l'issue de la natation. Il n'avait pourtant que seize secondes de retard à la sortie du parc à vélos.

A la surprise générale, le premier à s'extraire de l'eau avait été Maximilian Schwetz.

TRIATHLON EUROPEAN CHAMPIONSHIPS

L'Allemand était suivi de près par le Russe Polyansky, le Français Belaubre, le Russe Vasiliev et le Français Raphaël.

TRIATHLON EUROPEAN CHAMPIONSHIPS

Un autre tricolore, Pierre Le Corre était tout près de ces hommes. La principale victime de la natation était l'Espagnol Mola, relégué à 1 minute de la tête.

Grâce à une chasse bien menée, Tony Moulai mit moins d'un tour pour effectuer la jonction Le groupe de tête était alors composé d'une vingtaine d'éléments.

TRIATHLON EUROPEAN CHAMPIONSHIPS

La partie vélo fut très nerveuse. Les attaques se succédèrent à un rythme effréné. A tour de rôle, Chucko (Rus), Vasiliev et Rana (Esp) tentèrent de se faire la belle. Mais tous furent repris assez rapidement.

Le suivant, Andreas Schilling (Dan), eut plus de chance que ses prédécesseurs. Son attaque dans le 4e tour lui permit de prendre très vite 10 secondes d'avance. Dans le peloton, seul Tony Moulai décida de réagir. Le Français ne mit qu'un demi-tour pour rejoindre le Scandinave.

TRIATHLON EUROPEAN CHAMPIONSHIPS

Grâce à une bonne entente et à une apathie certaine du peloton (ndlr : le groupe Mola fit la jonction en fin de parcours) le duo réussit à se doter d'une quarantaine de secondes d'avance au terme des 40 km. C'est à ce moment-là que Tony apprit qu'il avait reçu une pénalité lors de la première transition.

Malgré ce coup du sort, le Français démarra plus vite les 10 km pédestres que le Danois. Derrière les échappés, les plus rapides à se mettre en jambes étaient les Espagnols Gomez et Rana. Du côté français, seul Aurélien Raphaël est à créditer d'une bonne transition. Le Corre et surtout Belaubre se trouvaient en effet plutôt en fin de peloton.

Il fallut finalement environ 3 km à Javier Gomez pour chiper le commandement de la course à Tony Moulai.

TRIATHLON EUROPEAN CHAMPIONSHIPS

A la fin de la première des trois boucles, l'Espagnol s'était déjà doté de 15 secondes d'avance sur le Pisciacais, 22 sur son compatriote Brukhankov, 36 sur Aurélien Raphaël et 46 sur l'Italien Fabian.

TRIATHLON EUROPEAN CHAMPIONSHIPS

Distancés respectivement d'1'20 et 1'57, Le Corre et Belaubre avaient déjà perdu toute chance de bien figurer.

La partie était gagnée pour Gomez dont l'avance ne fît que croître au fil des tours. L'Espagnol put tranquillement savourer la dernière ligne droite.

C'est la 3e fois qu'il décroche l'or européen après ses succès de 2007 et 2009.

La lutte fut en revanche âpre pour les deux autres médailles. On a longtemps cru que Tony Moulai allait s'en emparer d'une. Certes, il ne put emboîter le pas à Brukhankov quand celui-ci le doubla peu après la mi-course.

TRIATHLON EUROPEAN CHAMPIONSHIPS

Les autres semblaient loin derrière. Mais c'était sans compter le retour du diable Vauvert du Russe Vasiliev qui vint doucher en fin de course toutes les espérances de médaille du Français.

TRIATHLON EUROPEAN CHAMPIONSHIPS

Le podium était donc composé d'un Espagnol et de deux Russes.

TRIATHLON EUROPEAN CHAMPIONSHIPS

Malgré une fin de course difficile, Aurélien Raphaël conserva de son côté, in-extremis une place dans le Top 10. Les deux autres tricolores sont beaucoup plus loin : Belaubre 20e et Le Corre 24e.

Rien n'est donc joué pour le 3e dossard français pour les Jeux (à condition d'en garder trois bien sûr). Absent aujourd'hui en raison d'une blessure (fracture de fatigue), Vincent Luis garde donc encore toutes ses chances. Les prochaines joutes s'annoncent passionnantes.

Classement

  • 1 Javier Gomez (Esp)
  • 2 Alexander Brunkhankov (Rus)
  • 3 Ivan Vasiliev (Rus)
  • 4 Tony Moulai (Fra)
  • 5 Allesandro Fabian (Ita)
  • 6 Mario Mola (Esp)
  • 7 Franz Loeschke (All)
  • 8 Dmitry Polyansky (Rus)
  • 9 Aaron Harris (Gbr)
  • 10 Aurélien Raphaël (Fra)
  • 20 Fredéric Belaubre (Fra)
  • 24 Pierre Le Corre (Fra)

Les résultats complets se trouvent dans la rubrique prévue à cet effet.