Voici le résumé de la course élite Hommes :

Ils sont plus de 70 à se présenter sur le ponton de départ par une chaleur presque suffocante.

La natation a été assez tumultueuse. Elle vaudra d'ailleurs une disqualification au Britannique Harry Wiltshire, accusé d'avoir volontairement gêné l'Espagnol Javier Gomez. Le premier à mettre pied sur la berge est le Russe Ivan Vasiliev suivi de près par le Slovaque Richard Varga et l'Italien Allesandro Fabian.

TRANSITION-premier.jpg

Vincent Luis est tout près à moins de 15 secondes. Les autres Français sont en embuscade : David Hauss et Fred Belaubre à 15 secondes, Laurent Vidal à 17, Tony Moulai à 39.

HAUSS-_TRANSITION.jpg

Les meilleurs nageurs poursuivent sur leur lancée à vélo. On retrouve 8 hommes en tête : les frères Brownlee, Allesandro Fabian, le Russe Ivan Vasiliev, le Slovaque Richard Varga , le Portugais Joao Silva, le Russe Dmitry Polyansky et le Français Vincent Luis.

LUIS-VELO.jpg

À la fin du 2e tour (pour un total de 8), le groupe de tête est pointé avec une avance de 27 sur un peloton comprenant notamment Gomez, Hauss, Vidal et Belaubre, 38 sur un autre pack dans lequel figure Tony Moulai.

BELAUBRE-VELO.jpg

Une crevaison dont est victime Alistair Brownlee va changer totalement la donne. Désorganisés, les hommes de tête ne roulent plus. Très vite, ils sont rejoints par les poursuivants directs. Pendant ce temps, Alistair Brownlee, qui a changé de roue, chasse à toute allure, aidé ponctuellement par son compatriote Todd Leckie.

Alors que l'occasion est rêvée de se débarrasser du numéro mondial, le groupe de tête reste anormalement passif. Après avoir compté 1'30 de retard, l'aîné des frères Brownlee n'a donc pas trop de mal à effectuer la jonction. Il ne lui a pas fallu plus de deux tours.

ALISTAIR-ALATTAQUE.jpg

La fin du vélo est marqué par l'attaque de Todd Leckie et du Russe Dmitry Polyansky. Ils sont rejoints peu avant le terme par le Slovaque Pavel Simko. Le trio rejoint le parc avec un peu plus de trente secondes d'avances sur un gros groupe d'une quarantaine d'unités.

Les frères Brownlee n'ont besoin que de 3 km pour passer en tête. Ils passent au 4e km avec une avance de 10 sur Polyansky, 30 sur Mola et Gomez et l'étonnant Portugais Pereira. Le premier bleu est à ce moment-là Tony Moulai suivi par David Hauss et Laurent Vidal.

VIDAL-CAP.jpg

De son côté, Vincent Luis est déjà en souffrance et Frédéric Belaubre a déjà abandonné.

Implacables, les Brownlee vont creuser les écarts au fil des kilomètres. Alistair attend le dernier km pour porter l'estocade à Jonathan. Le numéro un mondial conserve donc le titre qu'il avait décroché à Athlone l'an passé.

Malgré une fin de course difficile, Dmitry Polyansky conserve le bronze en dépit du finish étourdissant de Mario Mola, galvanisé par son nombreux public.

Il faut attendre la 7e arrivée pour voir apparaître le premier Français Laurent Vidal, qui avouera avoir manqué de fraîcheur après les joutes difficiles de ces dernières semaines.

MOULAI-CAP.jpg

Le deuxième tricolore est Tony Moulai, 9e, qui se relance de ce fait dans la course aux JO. Dans le dur également, David Hauss prend la 13e place.

Quant à Vincent Luis, sa première participation à un championnat élite a été particulièrement difficile. N'ayant pas récupéré de ses efforts de la semaine dernière à Kitzbühel, le Génovéfain a connu un calvaire à pied. Il termine au-delà de la 30e place (33e), mais devance néanmoins Javier Gomez qui a sombré corps et biens après la mi-course. Pour l'aider à finir, Ivan Rana est resté toute la fin de la course à côté du champion du monde. Ils ont franchi la ligne ensemble sous les vivats du public, ému par le courage de son public.

RANA-GOMEZ.jpg

Classement (avec temps officieux)

  • 1 Alistair Browlee (Gbr) 1h48'43
  • 2 Jonathan Browlee (Gbr) 1h48'51
  • 3 Dmitry Polyansky (Rus) 1h50'07
  • 4 Mario Mola (Esp) 1h50'13
  • 5 Allesandro Fabian (Ita) 1h50'22
  • 6 Joao Pereira (Por) 1h50'33
  • 7 Laurent Vidal
  • 8 Danylo Sapunov (Ukr)
  • 9 Tony Moulai (Fra)
  • 10 Mario Hofer (Ita)