La F.F.TRI. souhaite apporter quelques précisions sur les étapes retenues pour le Grand Prix Lyonnaise des Eaux 2011, Championnat de France des Clubs de D1 de triathlon.

La F.F.TRI. a retenu cinq villes pour accueillir une étape du Grand Prix Lyonnaise des Eaux 2011 : Nice, Dunkerque, Paris, Tours et la finale à La Baule. La F.F.TRI. tient à préciser que le choix des villes organisatrices du Grand Prix Lyonnaise des Eaux 2011 s’est effectué après un long processus d’examen des candidatures, de concertation et de réflexion, selon des critères objectifs notamment de date, de répartition géographique, de calendrier national et international définis par la Commission Nationale des Grandes Épreuves.

Le choix des cinq étapes et de l’ensemble du calendrier des grandes épreuves fédérales 2011 a été validé, à l'unanimité, sur proposition de la Commission Nationale des Grandes Épreuves, par le Bureau Directeur Fédéral puis par le Comité Directeur Fédéral. Les vingt huit membres du Comité Directeur Fédéral ainsi que les membres des commissions nationales, issus des diverses régions métropolitaines et d'outre-mer représentent l'ensemble de notre fédération. Ils contribuent de manière permanente avec impartialité, objectivité, compétence, moralité, sens des responsabilités et de l’intérêt général au développement du triathlon, du duathlon et des disciplines enchaînées.

Notre Grand Prix Lyonnaise des Eaux est le premier circuit national de niveau mondial dans notre sport. Il résulte de l’engagement exceptionnel de tous ses acteurs : organisateurs, clubs, encadrement, athlètes sous l’égide de notre fédération. La F.F.TRI. proposera dans le premier trimestre 2011 une rencontre avec les clubs de D1 pour échanger sur les perspectives d’évolution du Grand Prix Lyonnaise des Eaux.

Au demeurant le choix des étapes du Grand Prix Lyonnaise des Eaux ne peut être irrémédiablement lié à la participation de tel ou tel club aussi prestigieux soit-il.

La Fédération Française de Triathlon continuera à œuvrer sereinement et résolument au développement de ses disciplines, du nombre de ses licenciés (1re fédération olympique en termes d’augmentation annuelle des ses adhérents) et à la réussite de son haut-niveau qui occupe depuis plusieurs années les trois premières places au classement international.