Laurent Chopin est le manager du club de Beauvais. Laurent, pouvez-vous nous expliquer le pourquoi du comment de cet arrêt soudain des équipes de Beauvais sur le Grand Prix de triathlon ?

"C'est très simple, on a appris il y a trois semaines que nous ne serions pas étape du GP Lyonnaise des Eaux en 2011. En 2009 la fédération avait déja pris cette décision en préférant le dossier de Bordeaux. Après défection de l'organisation girondine, nous avions récupéré le dossier en cours de vol. Nous retirer encore une fois le GP cette année, c'est nous retirer notre vitrine et la visibilité qu'elle offre à tous nos partenaires, qu'ils soient privés et publics. En terme d'image, c'est une très grosse perte pour les collectivités également. Certaines organisations comme Paris et la Baule sont incontournables mais quand il n'y a que 6 dossiers de candidatures pour 5 épreuves, j'estime que le club de Beauvais, avec ses titres de champions de France par équipe, ses athlètes en équipes de France et ses 25 organisations est un peu laissé pour compte. Le seul plus qu'a l'organisation de Tours est d'avoir dans ses rangs un élu fédéral.

Il ne s'agit pas d'un caprice mais d'une décision mûrement réfléchie car ce n'est pas facile d'abandonner un projet aussi important. Nous avons déjà prévenu tous les athlètes étrangers qu'ils étaient libérés de leurs engagements. Du coté de nos champions français, Sylvain Sudrie, Stéphane Poulat et Delphine Pelletier restent au club. En ce qui concerne Frédéric Belaubre et Charlotte Morel c'est bien engagé car ils sont très attachés au club. Aurélien Raphael et Delphine Py doivent encore prendre leur décision. "