Frodeno_Londres.JPG

Le champion olympique Jan Frodeno domine pour l'instant la WCS. L'Allemand espère conserver la tête du classement lors de la manche de Kitzbühel qui aura lieu ce dimanche en Autriche.

Photo : ITU

Kitzbühel est l'avant dernière manche de la série championnat du monde et la lutte pour le titre mondial n'a jamais été aussi serrée. Archi-dominateur l'an passé, Alistair Brownlee a réalisé de mauvais calculs cette année et a craqué complètement lors de la manche de Londres disputée chez lui. A cet instant, le jeune Anglais a perdu toute chance de conserver son titre mondial. Il va jouer la fin de saison pour l'honneur.

Le titre pourrait osciller entre Javier Gomez (ESP) et Jan Frodeno (ALL). Le champion olympique allemand est en tête du classement avec 2767 points et affiche une belle régularité depuis le début de l'année. Les 195 points qui le séparent de Gomez ne lui garantissent en rien de garder l'avantage tellement l'Ibérique est sur un petit nuage en ce moment. Les deux victoires d'affilée d'Hambourg et Londres le placent comme l'homme en forme du moment.

La bataille pour les accessits devrait faire rage entre une bonne dizaine de prétendants. Les trois principaux rivaux seront Brukhankov (RUS), Kahlefeldt (AUS) et Justus (ALL). Ce trio est au-dessus des 2000 points et pourra se battre jusqu'au bout pour une place sur le podium.

Derrière ses cinq là, il faudra espérer des défaillances pour se rapprocher des médailles.

Les Français peuvent encore accéder au top 10 mais il va falloir accumuler le maximum de points sans attendre la finale.

Tony Moulai est actuellement le mieux placé avec une 15e place juste devant Laurent Vidal 17e et David Hauss 22e. Frédéric Belaubre est lui un peu plus loin en 40e position alors qu'Aurélien Raphaël fera le déplacement en Autriche pour apprendre. Ce sera en effet sa première apparition en WCS cette année.

Dans la compétition féminine, on retrouve un peu la même configuration. 38 petits points séparent la leader Emma Moffat (2539) de sa dauphine Andréa Hewitt (2501). Autant dire que la lutte sera très ardue jusqu'au bout pour prendre les rênes de la série. Avantage tout de même à l'Australienne et son expérience puisqu'elle est tenante du titre.

Comme chez les hommes, le groupe des poursuivants directs est assez mince avec potentiellement quatre filles pour la médaille. La surprise du début de saison Barbara Riveros (CHI), la championne d'Europe Nicola Spirig (SUI), Mariko Adachi (JPN) et Helen Jenkins (GBR) sont toutes au dessus des 2000 points et peuvent légitimement lorgner sur le podium.

Du coté des Française, une seule représentante a fait le déplacement. Il s'agit d'Emmie Charayron qui pourrait améliorer son classement (16e), si elle parvient à sortir de l'eau en bonne position. Très en forme en course à pied, elle peut rivaliser avec les meilleures dans cette discipline et s'approcher de la victoire comme à Madrid.

Course femmes : samedi 14H

Course hommes : dimanche 14H