entrainement_bandeau.jpg

Photo : Christophe Guiard

Par Benoît Valque. Coup de projecteur sur un débat tenace dans l’entraînement triathlétique : la sortie longue. Est-elle essentielle ? Pour tous ? Pour toutes les distances ? Dans les trois disciplines ? Nous verrons que si elle peut s’avérer capitale pour plusieurs raisons, son utilité est beaucoup plus discutable chez les débutants et les amateurs de Court.

Vous retrouverez la suite de ce sujet dans le prochain numéro de Triathlete qui sera présent dès lundi dans votre kiosque préféré.

Qu’entend-on par sortie longue ? Sortie longue : le terme lui-même renvoie à une certaine ambiguïté. À partir de quelle durée considère-t-on d’un entraînement qu’il est Long ? Et si 1h30 de course à pied renvoie déjà à l’image d’une séance conséquente, ce même laps de temps est considéré comme très court pour une sortie vélo. Posons donc déjà les bases du concept.

Pourquoi la sortie longue ?

On peut considérer une séance d’entraînement comme longue dès lors qu’elle dépasse :

- 1h15 de travail effectif en natation - 3h à vélo - 1h15 en course à pied.

La sortie longue va habituer l’organisme à fonctionner en mode économique grâce à l’amélioration d’un facteur essentiel : l’endurance. Les phénomènes chimiques, se produisant au niveau des cellules, entraînent une adaptation de l’organisme qui devient capable de soutenir des durées d’effort de plus en plus longues, le but étant de repousser le seuil de fatigue le plus loin possible dans le temps. 

Vous retrouverez la suite de ce sujet dans le prochain numéro de Triathlete qui sera présent dès lundi dans votre kiosque préféré.