belaubre_-teasing.jpg

Photo : Christophe Guiard

Depuis près d'une décennie, Frédéric Belaubre était l'incontestable numéro un du triathlon français. Jusqu'à l'an passé où, perturbé par une blessure à l'épaule, le Beauvaisien a laissé son leadership à Laurent Vidal. A-t-il les moyens de revenir à son meilleur niveau ? Comment voit-il son avenir ? Que fera-t-il après sa carrière sportive ? Frédéric Belaubre a répondu à toutes ces questions sans langue de bois dans un long entretien à Triathlete.

Triathlete : Comment s’est passé ton hiver ? Aucun bobo à déplorer ? Le souci que tu as connu l’an passé avec ton épaule n’est-il plus qu’un mauvais souvenir ?

Frédéric Belaubre : Je touche du bois, mais pour l’instant tout va bien. Même si mon médecin me dit que mon épaule n’est pas encore rétablie à 100 %, je peux m’entraîner normalement.

Hormis cette blessure, ne penses-tu pas avoir accusé le contrecoup des JO de Pékin ?

Je me sentais très motivé au début de l'année. Comme j’avais réalisé une bonne préparation hivernale, j'abordais la saison en toute confiance. J’espérais être aussi brillant que la saison qui avait suivi les JO d’Athènes (NDLR : Fred avait remporté une coupe du monde et décroché une médaille d’or à l’Euro). Et puis patatras, mon corps m’a rappelé à l’ordre. Je n’ai pas su de suite que j’avais un problème physique. J’ai mis du temps à comprendre pourquoi je n’arrivais plus à suivre le rythme à l’entraînement notamment en natation. Quand j’ai connu la raison (nécrose d'un nerf de l'épaule), je me suis senti soulagé...

Vous retrouverez la suite de cet article dans le prochain numéro de Triathlete qui sera présent dans quelques jours dans votre kiosque préféré.