julien_Sagary.jpg

Dominique Sagary, membre du comité directeur de la F.F.TRI, et sa famille sont en deuil. Leur fils Julien, âgé de 32 ans, est décédé il y a quelque jours des suites d'une longue maladie, le lendemain des 90 ans de son grand père qu'il adorait. Il avait été triahlète par le passé.

Après douze années de lutte contre la maladie, Julien SAGARY s’en est allé, sur ses « terres », le 15 février dernier au Service des Urgences de l’Hôpital de DUNKERQUE.

Tout au long de ce pénible et douloureux chemin, jalonné de chimiothérapie, radiothérapie, greffes, hospitalisations multiples et bien d’autres encore , il n’a jamais douté de la « médecine ». Sans se plaindre, en silence, optimiste, jusqu’à son dernier souffle, il s’est battu contre la maladie. Dans son combat, il a été exemplaire…, dans sa vie il a été formidable…

Fauché par la maladie» aux prémices de sa vie d’homme et de triathlète (il était licencié au Tri Littoral 59), il a continué à vivre le sport mais par procuration en encadrant sa compagne, un groupe de copains, des collègues de travail dans leur préparation aux courses pédestres du Sud Ouest où il s’était installé avec Virginie, ex-triathlète elle même. Timide, certainement nostalgique et « blessé » d’avoir du quitter le circuit « triathlon » en pleine ascension, il avait peine à « communiquer » avec ses anciens copains triathlètes. C’était certainement, une souffrance supplémentaire à laquelle il a été confronté.

Néanmoins, il avait su bâtir autour de lui un réseau d’amis avec lesquels il aimait échanger, conseiller sur la pratique sportive qu’il avait du, malheureusement, mettre entre parenthèses… De plus, depuis presque deux années, une activité professionnelle à mi-temps lui donnait une identité sociale autre que la famille, les proches et la maladie. Sa motivation et son engagement dans le milieu professionnel servaient d’exemple. Comme dans le sport, il a été courageux jusqu’au bout…

Nos pensées vont à ses parents, sa compagne et tous ses proches qui l'ont accompagné.