chrono-gold-grd10.jpg

L’efficacité d’un casque de chrono sur les épreuves roulantes n’est plus à prouver. A l’heure actuelle sur tous les triathlons Longue Distance, vous êtes un grand nombre à en porter. Alors quand Ekoi a lancé le casque aéro le moins cher du marché, cela a suscité notre intérêt. Nous l'avons testé pour vous.

Ekoi, c’est la petite marque qui monte, qui monte… Arrivée il n’y a que peu de temps sur le marché, la firme française joue désormais dans la cour des grands puisqu’elle sponsorise pas moins de 5 équipes cyclistes professionnelles.

La marque s’intéresse de très près au triathlon et sponsorise grand nombre d’athlètes tels Olivier Marceau, Simon Billeau, Franky Batelier… Elle propose désormais un casque de chrono. Place à l’essai.

En commandant sur le site, quatre bonnes nouvelles et une moins bonne. Commençons par la moins bonne. Le casque n’est disponible que dans une seule taille de 56 à 60 cm. Généralement, il en existe plusieurs pour ces casques. A voir. Les bonnes nouvelles viennent du prix : 119 € (30 € moins cher que la concurrence). En outre, les frais de port sont offerts, remboursement en cas d'insatisfaction et personnalisation possible du casque (nom + drapeau).

Reçu 72 h après, nous pouvons enfin le regarder de près. La finition est de bonne qualité et les mousses lavables. On regrettera juste le fait qu’il n’y ait pas de mousses de rechange. Ekoi est écrit en très grand : on aime ou on n'aime pas, c'est une histoire de goût et de couleurs. Après comparaison avec d’autres casques de chrono, nous avons constaté que celui-ci est légèrement moins long et les bords sont assez écartés. Sur grands nombres de modèles aéro, les flancs du casque sont très près des joues. Ici ce n’est pas trop le cas. En revanche, notre inquiétude pour la taille du casque n’a plus lieu d'être : la molette de réglage convient parfaitement.

Place à l’essai. Nous nous sommes mis en conditions réelles pour tester ce casque c'est-à-dire lors d’une transition, juste après une sortie d’eau. Première constatation et pas des moindres, il est facile à enfiler ! Les flancs larges du casque sont un vrai bonheur. Pourquoi ? Pour la simple raison que les oreilles ne sont pas arrachées lorsqu’on l’enfile et que l’on peut ajouter aisément ses lunettes de soleil. Pour serrer le casque, le serrage à l’aide de la molette située à l’arrière peut se faire d’une seule main.

Une fois sur la route, nous sommes heureux de pouvoir entendre les bruits extérieurs, chose plutôt rare avec ce genre de casque. Pour ce qui est de la circulation d’air, le casque dispose de 11 ventilations. Comme il a été testé au mois d’octobre, nous ne pouvons pas vous dire ce qu’il en est de la ventilation par forte chaleur. Une chose est sûre, les aérations sont assez importantes pour vous permettre de vous arroser le crâne. Au fil des kilomètres, un vent latéral apparaît et c’est là que la faible longueur du casque apparaît comme un atout. En effet, un vent fort en latéral peut faire « bras de levier » avec le casque et fatiguer les cervicales.

A part le fait qu’il n’y ait pas de mousse de rechange et que les couleurs au choix sont un peu « flash », ce casque nous a conquis et à ce prix, pourquoi s’en priver.

  • Couleurs au choix : rose, vert, jaune, blanc, bleu rouge
  • Prix : 119 €
  • www.ekoi.fr