TheI_me_du_mois_w.jpg

Après de longs mois de préparation, le début de saison pointe enfin le bout de son nez. Pour les débutants, mai coïncidera peut-être avec votre premier triathlon. Pour les spécialistes du Court, c’est l’heure des premiers CD. Pour les amateurs de Long, l’heure de l’objectif n’est peut-être pas encore arrivée, mais nous n’en sommes plus très loin. Dès lors, comment savoir si vous êtes prêt ? Quels tests peut-on mettre en place afin de se rassurer ?

Les tests natation

Ce sont sans doute les tests les plus simples à mettre en place. D’une part, ceux-ci ne nécessitent aucune logistique particulière. D’autre part la récupération est très rapide (48 heures tout au plus).
Certains d’entre vous ont peut-être testé le test dit « de navettes » en piscine : il s’agit d’accélérer par paliers en se repérant à un signal sonore ou visuel. Vous avez alors pu prendre conscience de la complexité de ces tests.
Les tests VMA en natation sont donc en général rectangulaires : autrement dit on se base souvent sur une durée ou une distance pour évaluer cette VMA (Vitesse Maximale Aérobie). Les débutants se baseront sur la base des 4’, des 5’ ou des 300 m. Les nageurs confirmés opteront pour un test sur 6’ou 400 m.
Le test sur 1500 m, certes monotone en piscine, est également intéressant (pour le Court et le Long) dans le cadre de l’évaluation des progrès. Vous pouvez également opter pour un 15x100 m ou un 10x200 m à l’allure cible, avec des récupérations très courtes (10 secondes). Idéal pour se régler en vue du jour J.

RETROUVEZ CET ARTICLE DANS LE NUMÉRO DE MAI DE TRIATHLETE EN VENTE EN KIOSQUE