TRIATHLON DE L' ALPE D' HUEZ
Photo d'archives: Christophe Guiard

Par Benoît VALQUE www.trainingattitude.com

Les épreuves les plus mythiques de notre calendrier sont, pour nombre d’entre vous, celles disputées en montagne. Embrun, l’Alpe d’Huez ou encore le futur Altriman pour le « long », le Val d’Aran pour le duathlon, Gérardmer pour le court… etc. Elles demandent toutes bien entendu une préparation spécifique, notamment pour la partie vélo. Que faut-il faire pour y être performant ? Quelles sont les différences dans la préparation par rapport à un triathlon traditionnel ? Quelles sont les clefs pour les triathlètes vivant en plaine ?

Natation : maintenez le cap À vrai dire, il n’y a aucun changement notable pour la natation. Rien ne différencie les 3 800 m d’Embrun de ceux de Roth, du point de vue de la préparation. En montagne, l’importance de la natation est encore réduite car le temps d’effort global (sur l’épreuve) est supérieur compte tenu du parcours vélo.

RETROUVEZ CET ARTICLE DANS LE NUMÉRO D'AVRIL DE TRIATHLETE EN VENTE EN KIOSQUE