duathlon_fernandes.jpg

photo d'archives : ITU
On attendait davantage Vanessa Fernandes du côté de Lorient. Les Jeux passés, il faut croire que la Portugaise a trouvé sans intérêt une énième Coupe du Monde alors qu’un sacre mondial lui tend les bras. Après tout, elle est la tenante du titre en duathlon Courte Distance.

Cela valait bien de sécher la Bretagne pour se rendre à Rimini. La ville italienne est un retour aux sources pour le duathlon puisqu’elle a accueilli en 1996 le premier championnat du monde. Vanessa Fernandes pourrait donc marquer de nouveau l’histoire de l’effort enchaîné en s’emparant d’une deuxième couronne planétaire. On voit mal qui pourrait l’en empêcher.

La vice-championne olympique partira largement favorite. Et ce d’autant plus que ni Michelle Dillon (Gbr) ni Erika Csomor (Hon), respectivement médaillées d’argent et de bronze l’an dernie, seront absentes. L’athlète lusitanienne aura pour principale adversaire la Britannique Catriona Morrison, double championne du monde de duathlon longue distance. Sacrée en 2006, l’Anglaise avait déçu la saison passée (9e).

Sandra Levenez et Alexandra Louison pourront-elles mettre leur grain de sel dans le duel annoncé ? Cela paraît peu probable. L’ancien gagnante de Nice avait toutefois pris la 4e place l’an dernier et peut cette rêver ambitionner de monter sur le podium. Cela risque d’être un peu plus difficile pour sa coéquipière de Cesson qui a toutefois largement les moyens de viser le Top 10.

En 2007, deux Français figuraient parmi ce fameux Top 10 : Stéphane Valenti (7e) et Nicolas Lebrun (10e). Ni l’un ni l’autre ne seront au départ. Les couleurs tricolores seront défendues par Nicolas Capoferri, Damien Derobert (15e en 2007), Laurent Galinier et Yohann Vincent.

Les tricolores auront fort à faire face à une rude concurrence. Paul Amey, le champion sortant, devrait être redoutable. Les Belges s’annoncent difficiles à remuer avec Jurgen Dereere (2e l’an dernier), Joerie Vansteelant (champion du monde LD) et Rob Woestenborghs. Attention également aux Portugais Sergio Silva (médaillé d’argent en 2007) et Lino Barruncho (5e). L’Espagnol Javier Garcia, 4e il y a un an, devrait aussi se mêler à la lutte finale. Plus que chez les femmes, la course masculine paraît assez ouverte.