lorient_annonce_homme.jpg

photo d'archives : ITU
De notre envoyé spécial. Les tricolores seront en force samedi à Lorient. Ils seront en effet pas moins de dix au départ de l'avant-dernière Coupe du Monde de la saison. La délégation française sera conduite par l'incontournable Frédéric Belaubre.

Le champion d'Europe semble avoir effacé la déception de sa 10e place aux Jeux. Il a depuis accumulé deux belles performances (victoire au France Iron Tour et surtout 2e place au Grand Prix de La Baule). En Loire-Atlantique, il est apparu en forme et frais moralement. C'est le cas également de Laurent Vidal, 4e sur cette dernière manche de la D1. Tony Moulai a semblé davantage marqué, d'ailleurs plus mentalement que physiquement.

Mais le sociétaire de Poissy est un battant. Au soir de son abandon aux Jeux, il avait promis de claquer un beau résultat avant la fin de l'année. Il ne serait pas surprenant que le vice-champion d'Europe en décroche un à Lorient. Pour les autres Français, la curiosité viendra surtout du début à ce niveau des jeunes Vincent Luis et Aurélien Raphaël et de Grégory Rouault. Ce dernier, qui vaut moins de 29' sur 10 km, va pouvoir s'étaloner face à quelques-uns des meilleurs mondiaux.

Mais il est d'abord là pour apprendre. Pour lui, le premier écueil à passer sera la natation. Il devra aussi tenir le rythme à vélo avant de montrer ce qu'il sait faire à pied. Quant aux deux sociétaires de Sainte-Geneviève, grands espoirs du triathlon français, ils devront pouvoir encaisser la distance d'un CD et la cadence d'une Coupe du Monde. Ce ne sera pas si facile.

Si les Français composeront la plus grosse équipe, il ne faut surtout pas négliger la concurrence étrangère. Même si la plupart des principaux protagonistes des Jeux ont boudé Lorient, quelques grands noms du triathlon planétaire ont fait le déplacement. A commencer par Ivan Rana, le meilleur classé des Jeux présent en Bretagne. Après un passage à vide, l'Espagnol revient au premier plan. 5e à Pékin, il a gagné à Kitzbühel et signé deux Top 10 (6e à Hambourg, 4e à Des Moines).

Tim Don constituera un autre danger. L'ancien champion du monde, victime d'une intoxication alimentaire en Chine (abandon), a remporté la Coupe du Monde en Corée et fini 3e à celle de Mooloolaba. Son compatriote Alistair Brownlee sera lui aussi une autre menace pour les tricolores. Parmi les autres outsiders figurent notamment les Suisses Sven Riederer (Sui) et Reto Hug (Sui) ainsi que l'Américain Jarrod Shoemaker (Usa). Les Français auront face à eux une belle concurrence mais ils possèdent les armes pour la dompter.