lorient_annonce_femmes.jpg

photo d'archives : ITU
De notre envoyé spécial. Bien malin qui peut donner à coup sûr le nom de la gagnante de la Coupe du Monde de Lorient. Samedi, sur le ponton de départ, elles seront quelques-unes à pouvoir espérer décrocher l'or. En l'absence d'Emma Snowsill, la championne olympique et de sa dauphine Vanessa Fernandes, aucune ne se détache vraiment du lot.

Parmi les dix premières des derniers JO, seule la Suissesse Nicola Spirig et les Néo-Zélandaises Andrea Hewitt et Debbie Tanner seront en Bretagne. L'athlète helvète réussit une remarquable saison. 6e à Pékin, elle a remporté également la Coupe du Monde de Kitzbühel. Sans oublier une victoire début septembre au 70.3 de Monaco. Elle figure sans conteste parmi les favorites.

L'Australienne Felicity Abram s'annonce également redoutable. Même si elle n'a pas participé aux Jeux, elle s'avance à Lorient avec le statut de n°1 mondiale. Un statut obtenu grâce à ses quatre podiums (2e à Tiszaujvaros, Hambourg et Richards, 3e à New-Plymouth) et sa 6e place au Mondial. A Lorient, elle sera à la recherche de sa première victoire en Coupe du Monde. Ce sera aussi le cas de la jeune Suédoise Lisa Norden, une des révélations de cette année. 18e aux Jeux, elle a décroché la médaille de bronze à l'Euro ainsi que deux podiums en Coupe du Monde (2e à New-Plymouth, 3e à Mooloolaba).

Autre athlète à surveiller, la Néo-Zélandaise Samantha Warriner. Malgré une campagne olympique moyenne (16e), elle s'est imposée en Corée du Sud et a récolté le bronze au Mondial ainsi qu'à Kitzbühel. Ses compatriotes Debbie Tanner et Andrea Hewitt figurent aussi parmi les outsiders. L'Australienne Erin Densham mériterait aussi d'être citée parmi les postulantes au podium. Mais sa prestation à La Baule il y a une semaine laisse à penser qu'elle est hors de forme.

Côté français, les chances les plus certaines pèsent une fois de plus sur Jessica Harrison et Carole Péon. La première nommée est apparue très en verve lors de la finale du Grand Prix. Même si ce n'est qu'un Sprint, elle s'est imposée avec autorité. La n°1 tricolore a un rôle à jouer à Lorient. Quant à Carole Péon, elle voudra sûrement se racheter de son échec aux Jeux. Et il ne faut pas oublier qu'elle reste sur une excellente performance en Coupe du Monde (2e à Kitzbühel).

Mais la saison se termine, les têtes et les jambes sont fatiguées. Cette usure tant physique que mentale sera l'un des principaux facteurs de la course. Peut-elle profiter à des athlètes qu'on n'attend pas ? Peut-être. A Emmie Charayron, Jeanne Collonge et Charlotte Morel qui débutent en Coupe du Monde d'en profiter.