D2.jpg

Photo d'archives : Christophe Guiard
Le circuit D2 de triathlon s'achèvera ce samedi à Betton (Ille-et-Vilaine). Quatre équipes chez les hommes et trois chez les femmes peuvent encore rêver de D1. Le même jour, au même endroit, sera disputée la finale de D3.

Contrairement aux années précédentes, il n'y aura pas de possibilités de se repêcher en barrages lors de la finale D1. Pour monter à l'étage supérieur, il faudra donc impérativement terminer aux deux premières places du classement.

Chez les hommes, Montpellier semble tenir la corde même si mathématiquement rien n'est fait. Le club Héraultais ne possède en effet que deux points d'avance sur Saint-Jean de Monts qui termine fort, six sur Gonfreville qui a coincé lors de la précédente manche et neuf sur Versailles, vainqueur de la précédente manche. Ce dernier club aura malgré tout beaucoup de mal à parvenir à ses fins car il sera privé du junior Thomas André, forfait sur blessure (fracture du coude suite à une chute lors de l'Iron du Tour).

En bas de classement, le suspense perdure également. Quatre clubs doivent descendre en D3. À l'amorce de cete ultime acte, Strasbourg, Pau, Brive et Saint-Quentin sont pour l'instant ceux-là. Mathématiquement, tout est encore possible pour eux. Condition sine qua non : réussir une grande perf à Betton. Outre ces quatre équipes, une seule autre formation n'est pas encore à l'abri : La Rochelle. Seizième actuellement avec quatre points d'avance sur le 17e, l'équipe de Charente Maritime peut encore être doublée.

Chez les femmes, trois clubs seront en lice pour deux billets : Noyon, Lyon et Charleville. En début de saison, tout le monde pensait que la formation des Ardennes n'aurait pas trop de problème à remonter de suite en D1. Tout s'était bien passé jusqu'à la 3e manche où elle est passée complètement à travers. De son côté, Noyon, également descendue de D1, doit une fière chandelle à Cassandre Pelcef, vainqueur de plusieurs étapes. La lutte promet d'être serrée.

Trois descentes étaient prévues en d'année. Mais comme elles ne sont plus que treize équipes au lieu de quatorze, elles ne seront que deux à quitter la D2. Respectivement avant-dernier et dernier, Bourges et Avion sont en ballotage défavorable.

À noter que la compétition D3 féminine s'effectuera en même temps que celle de D2, ce qui n'est pas le cas chez les garçons.

Format : (pour toutes les courses)

Natation : 750m / Vélo : 24 km / Course à pied 5 km

Programme :

Samedi 13 septembre

  • 10h00 : Départ de l'épreuve masculine des clubs de D3
  • 13h15 : Départ de l'épreuve Féminine D2 et D3
  • 15h00 : Départ de l'épreuve masculine D2

Général après trois étapes

Hommes

  • 1 Montpellier 64
  • 2 St Jean de Monts 61
  • 3 Gonfreville 58
  • 4 Versailles 55
  • 5 Cesson 52
  • 6 Besançon 49
  • 7 St Etienne 42
  • 8 Piranhas 43 1
  • 9 Valence 42
  • 10 Saint Avertin 37
  • 11 Lyon 27
  • 12 Ploemeur 26
  • 13 Caen 26
  • 14 Guebwiller 24
  • 15 Tri Littoral 59 23
  • 16 la Rochelle 20
  • 17 Asptt Strasbourg 16
  • 18 Pau 16
  • 19 Brive 13
  • 20 St Quentin 11

Femmes

  • 1 Noyon 46
  • 2 Lyon 46
  • 3 Charleville 45
  • 4 Lomme 36
  • 5 Val de Gray 36
  • 6 la Rochelle 34
  • 7 Tricastin 25
  • 8 Guebwiller 22
  • 9 Plouay 21
  • 10 Orléans 18
  • 11 Dijon 16
  • 12 Bourges 14
  • 13 Avion 10