anonyme_1.jpg

Les faits sont accablants. Un triathlète licencié à Gravelines a été confondu par des vidéos en pleine tricherie au marathon de Rotterdam, disputé le 13 avril dernier. Arrivé en 2h30'19, 1er vétéran, Franck Delrocq a reconnu avoir utilisé un VTT pour boucler la quasi totalité du parcours.

Ses aveux ont été publiés dans le journal local Nord Littoral. Depuis, l'homme est au fond du trou selon le président de Gravelines Triathlon. Il est très marqué. Je l'ai tous les jours au téléphone. Il est souvent en larmes. Il a rendez-vous ce soir avec un psychologue. Même s'il condamne fermement l'acte de son licencié, Jean-Michel Buniet veut calmer le jeu.

Par rapport à la détresse de Franck, je demande la plus grande prudence. A chaque fois que je reçois un coup de fil, je suis inquiet d'apprendre une mauvaise nouvelle le concernant. Il ne sert à rien de s'acharner sur lui. Pour bien le connaître, je peux affirmer qu'il a déjà largement payé.

En apprenant la tricherie de Frank Delrocq, Jean-Michel Buniet est tombée des nues. Personne au club n'a compris. On avait toute confiance en lui. Franck est un garçon charmant. On a toujours pu compter sur lui. Quand on organise une manifestation, il est le premier à donner un coup de main et le dernier à ranger. Tout le monde au club le soutient moralement.

Pour Jean-Michel Buniet, l'urgence est d'épauler Frank Delcocq. Viendra ensuite le temps de la sanction. Il est hors de question de passer l'éponge. Le président de Gravelines se montrera d'autant plus inflexible qu'il préside la commission de discipline de la F.F.TRI. D'ici une quinzaine de jours, je vais réunir le conseil d'administration du club. Deux personnes mèneront une investigation, l'une à charge, l'autre à décharge. Il n'est pas question de virer Franck d'un claquement de doigt. Nous devons respecter nos statuts. S'il reconnaît avoir triché sur un triathlon, je demanderai officiellement au président de la F.F.FTRI de saisir la commission nationale de discipline. Vu ma situation, je montrerai moins tolérant que pour n'importe qui d'autre.

Selon Jean-Michel Buniet, Franck Delrocq comprend les sanctions qui l'attendent. Il trouve cela tout à fait justifié. Il m'a dit : à ta place, je ferai la même chose. Franck a déjà prévu de rendre toutes ses primes de course. Les enquêteurs de Gravelines vont donc devoir se pencher sur le passé de l'athlète Franck Delrocq.

A la lumière de sa tricherie à Rotterdam, des doutes vont forcément surgir sur ses résultats passés. A posteriori, on se pose des questions, reconnaît Jean-Michel Buniet. Franck s'entraînait toujours tout seul. Mais d'un autre côté, il a été progressif dans ses performances. Sa 12e place à Embrun en août dernier en laisse plus d'un sceptique. D'autres de ses courses ne manqueront pas d'être analysées. Affaire à suivre.