gerardmer.jpg

photo d'archives : Christophe Guiard
Un Euro une semaine après un Mondial ! Ce calendrier montre à quel point l'ITU considère le Longue Distance... Il ne fallait donc pas s'attendre à un énorme plateau pour le championnat d'Europe LD, programmé demain à Gérardmer. Malgré tout, un titre est à décrocher. Cette perspective a attiré quelques athlètes de renom.

En particulier des Français. Ils seront six au départ à revendiquer le rang de n°1 européen. Tous connaissent comme leur poche le parcours vosgien et son format (4 x 120 x 30km) pour avoir disputé le championnat de France lors des deux dernières saisons. Question expérience, Gilles Reboul est sans conteste le mieux loti puisqu'il a fini 3e en 2006 à Gérardmer.

Le Dijonnais aura bien sûr fort à faire face aux autres tricolores. Xavier Le Floch pourrait lui aussi briller à Gérardmer. La grande interrogation concernant le sociétaire de Triathl'Aix concerne sa récupération après sa victoire à Embrun. S'il a retrouvé un peu de fraîcheur, le Breton jouera un rôle. C'est également vrai de Romain Guillaume.

Le pensionnaire de Beaune est la valeur montante du Longue Distance. 15e à Nice, 8e du dernier championnat de France, il devrait apprécier le tracé vallonné à travers les Vosges. Reste à savoir comment il encaissera la course à pied, son point faible. Il a en effet tendance à trop donner à vélo. Deux autres tricolores, Cyrille Mazure et Benjamin Pernet, sont également candidats au podium.

Malgré le talent de ces cinq-là, la grande attraction sera la présence de Julien Loy qui vient de décrocher un deuxième titre mondial consécutif. Le champion du monde a voulu honorer l'invitation des organisateurs. Sera-t-il en moyen d'enchaîner, une semaine après son exploit en Hollande, avec une course réputée difficile ? En tout cas, le parcours lui plaît puisqu'il lui a déjà souri (ndlr : en 2006 lors du championnat de France).

Côté étrangers, la concurrence paraît assez faible. Seul Paul Amey, double champion du monde de duathlon, semble vraiment en mesure d'inquiéter les Français. Ces derniers devront se méfier également des Tchèques, qui viendront à cinq. Parmi eux, l'inoxydable Petr Vabrousek qui s'est aligné cette année à pas moins de... sept Ironman (pour six Top 10). Il a terminé 11e la semaine dernière à Almere lors du Mondial.

Chez les femmes, une grande favorite se dégage : Katja Schumacher. L'Allemande affiche un joli palmarès : 2e en juin à Nice, elle s'est hissé en 6e position à Hawaii en 2006. Elle a également remporté plusieurs Ironman (Roth en 1998, la Floride en 2001, Francfort en 2002 et le Wisconsin en 2006). Son aisance sur cette distance et son expérience (ndlr : elle a 40 ans) devraient être de précieux atouts.

Delphine Pelletier semble la seule à pouvoir lui tenir la dragée haute. La Beauvaisienne n'avait pas prévu de s'aligner à Gérardmer. Mais son abandon au Mondial l'a poussée à disputer l'Euro. Comme Julien Loy, le tracé vosgien ne lui a pour l'instant apporté que du bonheur. C'est en effet sur ce tracé qu'elle a remporté son seul titre national en Long. Il y aurait pu y avoir une deuxième Française au départ mais Audrey Cléau n'a pas obtenu sa sélection. La sociétaire de Triathl'Aix s'est donc rabattue sur le 70.3 de Monaco.

Samedi matin, en plus de la vague élite, quelques groupes d'âge prendront le départ de l'Euro. En Open, ils seront près de 550.