belaubre_annonce.jpg

photo : Thierry Deketelaere

Dans la zone mixte où s'entassent des centaines de journalistes, Frédéric Belaubre est assailli par les médias hexagonaux. Télés, radios, presse écrite, les questions tournent autour du même thème. Comment expliquer cette 10e place ? Inlassablement, le n° 1 tricolore répond, en retenant les larmes qui montent de temps en temps. Dans la défaite, un champion reste digne. Le Français l'a été.

Tu avais annoncé : « je ne peux que viser le podium. » Quel goût te laisse ta 10e place ?

Frédéric Belaubre : C’est une grosse déception. J’ai tout donné mais je ne pouvais pas faire mieux. Je n’ai rien à regretter. Il y a des Français qui sont venus en masse me soutenir. Les encouragements ont été vraiment chaleureux. J’ai aussi reçu des millions d’e-mails et de textos. C’est ça qui me fait le plus mal. Merci à tous ceux qui m’ont soutenu jusqu’au bout.

Lisez la suite de cet article dans le prochain numéro de Triathlete, en vente en kiosque à partir du vendredi 5 septembre.