vernay_almere.jpg

photo d'archives : Thierry Deketelaere
Patrick Vernay a signé début juillet un des plus exploits français en Longue Distance en s'imposant à Roth. Meilleur tricolore à Hawaii (10e) depuis deux ans, vainqueur de cinq Ironman, le Néo-Calédonien a décidé de pas participer dimanche au championnat du monde. Le sociétaire de Beauvais s'explique.

Pourquoi n'as-tu pas souhaité être au départ du Mondial LD ?
Patrick Vernay : Après Roth, j'ai focalisé mon programme sur Hawaii. Le Mondial d'Almere n’a jamais été fixé à mon calendrier. Je n’ai aucunement envie de perdre mon temps sur une épreuve qui va durer à peine 3h30 sur un parcours plat où le drafting sera aussi bien jugulé que d’habitude. Et puis, honnêtement, j’ai envie de me faire plaisir en réussissant de belles courses. Alors, un championnat ITU à Almere… C’est comme si on préférait regarder un épisode de Derrick à la télé plutôt que se prélasser au soleil en sirotant un cocktail sur une île paradisiaque.

Bénéficies-tu d'un détachement à 100 % de la part de l'Education nationale pour mieux te préparer ?
Malheureusement rien n’a changé. Je bosse toujours 10 heures par semaine dans un collège sur Nouméa. C’est un peu contraignant mais il y a pire. Alors je ne vais pas me plaindre car je vais encore essuyer des critiques acerbes prétendant que je n’ai qu’à choisir et arrêter de me lamenter sur mon sort. C’est un peu pour ça que les championnats du monde et l’équipe de France ne m’intéressent plus, du moins dans leur version actuelle. Ils m’apportent moins qu’une victoire sur une course prestigieuse. Je préfère mener le reste de ma carrière comme je l’entends, en me faisant plaisir, sans rien devoir à personne, en participant à des courses renommées que j’essaierai de marquer de mon empreinte.