monaco.jpg
Photo d'archives: Christophe Guiard

Les organisateurs de l’Half Ironman de Monaco ont tiré le portrait de l’ « athlète type » inscrit pour leur épreuve du 7 septembre. Parmi les 1 140 athlètes attendus le dimanche 7 septembre sur la plage du Larvotto, tous ont déjà un point commun: le goût de l’effort.

L’athlète type est un homme de 38 ans, marié et a une bonne situation familiale et a suivi une formation supérieure. Le plus jeune participants a 19 ans et le doyen a 71 ans. La moitié d’entre eux vivront leur premier Ironman 70.3. Parmi les compétiteurs qui prendront le départ, 15% sont des femmes, soit 172 participantes. Elles sont âgées de 20 à 65 ans, et 85 d’entre elles courront leur 1er Ironman 70.3. En ce qui concerne le relais, une cinquantaine d’équipes est attendue pour cette 1ère édition. Elles représentent des entreprises comme HSBC, Texas Instruments ou encore BNP, et des pays comme la Nouvelle-Zélande, la Thaïlande et le Liban.

Les athlètes, qui s’entraînent depuis de long mois, viennent des quatre coins du monde et ont tous la même motivation : gérer leur course comme leur vie privée. Parmi les 1 140 inscrits, soit un tiers de plus que l’an passé, seulement 3% sont des pros. 2/3 des amateurs inscrits sont étrangers. Plus de 40 nationalités seront représentées avec 19% d’Anglais, 8% d’Allemand, 7% d’Italiens…

Parmi les 1140 participants, 4 sont de la même famille. Jannicke (21 ans) , Malte (19 ans), Marianne (51 ans) et Jasper (50 ans) Abramovsky. Ils vivent tous éloignés et ont décidé de se réunir pour l’épreuve. Ils ne veulent pas juste finir tous les 4. « Notre objectif est clair. On veut se qualifier en famille à Hawaï ou à Clearwater ! Ce serait gigantesque », déclarent les membres de la familles Abramovsky qui viendront d’Allemagne pour la course.