recuperation.jpg

Un léger sous-entraînement est préférable au surentraînement. En clair, il est très important d'inclurer la récupération dans votre entraînement. Pourquoi ? Comment ? Réponses.

Le contexte
Le mois d’août est crucial puisque vous vous situez à mi chemin entre vos deux périodes de compétition. En mai ou / et en juin figuraient vos premiers gros objectifs, quelle que soit votre distance de prédilection (par exemple Paris en CD, Belfort en Long et Nice en Ironman). Septembre s’assimile à la seconde partie de saison (par exemple Gérardmer et La Baule pour le CD, Gérardmer ou Monaco pour le Long). Entre ces objectifs, il est capital de bien récupérer tout en vous préparant pour tenter d’obtenir un second pic de forme.

La définition
La récupération prend plusieurs visages. Sur le plan physiologique, elle correspond à la reconstitution du glycogène musculaire, à l’élimination de l’acide lactique. Sur le plan musculaire, elle est l’obtention d’un relâchement, l’élimination du symptôme des « grosses cuisses », voire des courbatures et des contractures.

LISEZ LA SUITE DE CET ARTICLE DANS LE PROCHAIN NUMÉRO DE TRIATHLETE, EN VENTE EN KIOSQUE À PARTIR DU SAMEDI 2 AOÛT