Moulai_pekin.jpg

Photo : ITU

Contrairement aux femmes, un grand favori se détache pour la coupe du monde masculine qui aura lieu ce dimanche à Kitzbühel. Récent 2e du Mondial, le Néo-Zélandais Bevan Docherty semble au dessus de la mêlée, en l'absence de Javier Gomez. Les sélectionnés olympiques français, Laurent Vidal et Tony Moulai, essaieront de se rapprocher du podium.

Parmi tous les athlètes présents, Bevan Docherty est de loin celui qui présente le plus palmarès le plus copieux. On peut y lire un titre de champion du monde (en 2004), une médaille d'argent aux JO d'Athènes, une autre au dernier Mondial de Vancouver et quatre succès en Coupe du Monde. Si le Néo-Zélandais n'a pas encore goûté aux joies du succès cette année, il a prouvé sa grande forme en terminant à deux reprises sur le podium (2e à Tongyeong et à Hy-Vee).

Ses adversaires ne partiront pas pour autant en victimes expiatoires.

Certains ont des performances récentes leur donnant droit de croire à l'exploit : le Russe Ivan Vassiliev (2e à Madrid, 3e à Ishigaki, 4e à Hambourg), le Suisse Reto Hug (3e du Mondial 2008, 4e à Tongyeong), le Kazakh Dimitriy Gaag (3e à Tiszaujvaros), l'Anglais Alistair Brownlee (3e à Madrid) et l'Espagnol Ivan Rana (4e à Hy Vee, 7e à Hambourg).

D'autres ont été très discrets ces derniers temps mais ont déjà fait leurs preuves par le passé : le Suisse Sven Riederer (3e des JO 2004), l'Ukrainien Volodymir Polikarpenko (4 victoires en Coupe du Monde), le Néo-Zélandais Kris Gemmel (2 victoires en Coupe du Monde) et le Tchèque Filip Ospaly (3 victoires en Coupe du Monde, un titre européen).

Malgré ce plateau relevé, les Français Tony Moulai et Laurent Vidal se présenteront au départ sans complexe. Chacun des deux a des performances récentes l' autorisant à se mêler à la lutte avec les meilleurs (2e de l'Euro et 8e du Mondial pour le Pisciacais, 5e à Richards Bay et 8e à Madrid pour le Racingman).

Départ : dimanche 13h00