nice_jalabert.jpg

photo : Christophe Guiard
De notre envoyé spécial. Dès qu’il pointe son nez sur la promenade des Anglais ou dans le village des exposants, Laurent Jalabert s’arrête en permanence. Pour une photo souvenir, un autographe, un mot d’encouragement. A la veille de l’Ironman, le Mazamétain préfèrerait sûrement être plus au calme.

Triathlete : comment vis-tu l’attention que tu suscites auprès des médias, des athlètes et du public ?
Laurent Jalabert : C’est parfois gênant d’être applaudi partout où je vais alors que les vrais champions sont les triathlètes pros. Moi, je suis là pour mon plaisir. Même si je comprends la curiosité des gens, je ne suis pas toujours à l’aise. D’un autre côté, c’est tant mieux si je fais connaître le triathlon grâce à mon image. Et c’est tant pis pour ceux que cela dérange.

Tu as déjà brillé sur les routes de Nice.
Elles me rappellent en effet de bons souvenirs (ndlr : il a remporté Paris – Nice à trois reprises). Mais cela ne me rajeunit pas ! Même si je connais bien l’endroit, je suis allé sur le parcours il y a quelques mois. C’est toujours important de reconnaître le tracé quand on veut le faire à fond.

Tu as donc l’intention de mettre les gaz. Oui, j’espère rouler à grande vitesse. Il y a beaucoup de supputations sur mon temps. J’entends parler de 4h30. Je me moque des bruits. Je m’attends à souffrir, comme les autres. Je suis loin de mon niveau quand j’étais pro. Je roule quelques fois avec mon frère Nicholas. En descente, ça va. Sinon, j’ai du mal à suivre !

Tu vas bénéficier d’un nouveau vélo.
C’est vrai. Je vais rouler sur le nouveau vélo de chrono de Look, le 596 (ndlr : présenté officiellement hier à Nice, il n’est pas encore en production). Il pèse 7,3 kg en configuration course. Je l’ai baptisé mon avion de chasse. C’est un vélo très polyvalent. Je l’utilise depuis trois semaines. Je me suis senti bien dessus.

Avant de rouler, il faudra nager. Comment te sens-tu dans cette discipline ?
Tout le monde me dit que j’ai progressé. Je dépense moins d’énergie dans l’eau. A Revel, j’ai mis 43’ mais je ne crois pas qu’il y avait 3 km. J’espère sortir aux alentours de 1h10.