nice_confpresse_louison.jpg

photos : Christophe Guiard
de notre envoyé spécial. Le centre universitaire de la mer, situé sur la Promenade des Anglais, a été le théâtre cet après-midi de la traditionnelle conférence de presse d'avant-course. Les pros, ravis d'être à Nice, sont plutôt restés sur leur réserve, à l'exception de quelques-uns qui ont clairement dévoilé leurs intentions.

Cela a été le cas notamment de Katja Schumacher. Vous ne m'entendrez pas dire que je ne suis pas en grande forme. Ce n'est pas mon genre de me cacher ainsi. Je suis là pour gagner, a martelé l'Allemande. Voilà Alexandra Louison prévenue. La tenante du titre est apparue très souriante, comme à son habitude. Et également confiante pour dimanche. Je vais courir devant ma famille qui habite la région. C'est toujours positif d'avoir un tel soutien, même si cela ajoute un peu de pression. Parmi un de ses atouts, la sociétaire de Cesson a avancé sa parfaite connaissance du parcours.

Hervé Faure aussi connaît le tracé de l'Ironman pour l'avoir emporté en 2005. Je garde un très bon souvenir de Nice. Je veux gagner, a insisté le pensionnaire de Triathl'Aix. Patrick Bringer, 3e l'an dernier, espère aussi monter à nouveau sur le podium. Je suis mieux que l'an dernier, a confié l'homme de Montluçon. Cela promet !

nice_confpress_faure.jpg

Hervé Faure

nice_confpress_bringer.jpg

Patrick Bringer

nice_confpress_beke_jaja.jpg

Laurent Jalabert avec Rutger Beke

Les Français devront toutefois se méfier de Rutger Beke qui aime la côte d'Azur, comme en atteste sa victoire à Monaco en 2006. J'aime les courses avec du relief. En Belgique, il y a quelques belles côtes. Mais moi, je m'entraîne sur des routes plates comme des crêpes !, s'est amusé le Belge. Pour lui, Nice sera toutefois une affaire très sérieuse. Il vient en effet chercher une qualification pour Hawaii, après son abandon au printemps dernier en Arizona. Quant à Marcel Zamora, il est resté très discret, se contentant de propos lapidaires du genre : j'aime bien Nice car le climat ressemble à celui de l'Espagne. Moi aussi j'adore quand la route grimpe. Bref, l'Espagnol, double tenant du titre, n'est du genre à fanfaronner. Nul doute cependant qu'il a très envie de conserver sa couronne.

Laurent Jalabert était ausi présent à la conférence de presse. Nous vous dévoilerons demain ses propos dans une interview. L'ancien cycliste a pu mesurer sa popularité. Lors de séances de dédicaces dans le village des exposants, la foule était dense aux stands de Look puis de Zerod. Jaja a visiblement la cote auprès des triathlètes, français et étrangers.

nice_autographe.jpg

Laurent Jalabert en pleine séance de dédicaces