kate_allen.jpg

photo d'archives : ITU
Avec les Britanniques, Kate Allen est l'adversaire que Marion Lorblanchet devra surveiller le plus lors du Mondial programmé dimanche. L'Autrichienne peut en effet subtiliser le troisième dossard olympique qui est, pour le moment, en possession de la Française. La championne olympique en titre jouera son va-tout à Vancouver après un début de saison marqué par une terrible chute.

Un gadin monumental lors de la Coupe du Monde de New Plymouth en avril dernier. Cela lui a valu vingt-deux points de suture aux bras et au visage, cinq heures d'hospitalisation. Elle a a été contrainte de s'arrêter net et de reprendre une préparation. Cette chute l'a d'autant plus frustrée qu'elle aurait pu l'éviter.
{{ Je ne m'en souviens pas. Je me rappelle seulement être face contre terre. Mais ce n'était pas qu'un accident}}, assure-t-elle. La chute aurait été provoquée par sa coéquipière Lisa Huetthaler. Elle fait l'objet d'une enquête de la part de l'ITU et de la fédération autrichienne. Quant à Lisa Huetthaler, elle a été récemment contrôlée positive à l'EPO et attend le résultat de l'échantillon B.

Huit semaines après l'accident, Kate Allen se présente à Vancouver avec le couteau sous la gorge. C'est tout ou rien, confesse-t-elle. Je dois absolument réussir un bon résultat, au minimum un Top 10. Sinon, je ne serais sûrement pas sélectionnée. Dans quel état physique va-t-elle se présenter ? J'ai des bons et des mauvais jours. Mon programme de reprise a été fait de manière très scientifique. J'ai dû m'arrêter pendant quinze jours avant quasiment de tout reprendre à la base.

Pour éviter le sur-entraînement, la championne olympique en titre utilisait un outil spécialement mis au point par Suunto. Selon Marcel Diechtler, son coach et futur mari, Kate Allen s'est entraîné très dur et a de la fraîcheur. Plutôt que de prendre le départ de la Coupe du Monde de Madrid programmé quinze jours avant le Mondial, l'Autrichienne a préféré continuer à s'entraîner.
{{ Je vais courir aussi dur que possible. Je vais essayer de ne pas perdre trop de temps en natation pour me porter à l'avant à vélo. Tout dépend des autres concurrentes.}} Si elle se présente bien placée à la deuxième transition, elle peut s'avérer redoutable à pied. C'est comme cela qu'elle a forgé son succès lors des Jeux d'Athènes.