CHAMPIONNATS DE FRANCE COURTE DISTANCE DE TRIATHLON ELITE FEMMMES

Photo d'archives : Christophe Guiard

Quelques jours après la Coupe du Monde d'Ishigaki, l'ITU a publié le nouveau ranking. Bonne nouvelle pour la France à la lecture de la simulation olympique. Comme pour les hommes, la France dispose désormais de trois dossards pour Pékin chez les femmes.

Rien n'est joué pour autant. L'Autriche et la Grande-Bretagne peuvent encore modifier la donne. C'est Marion Lorblanchet qui a permis à la France de récupérer un nouveau billet provisoire. Malgré une 24e place à Ishigaki qui ne lui a valu aucun point en Coupe du Monde, la Beauvaisienne a gagné deux rangs au classement olympique. Elle a doublé l'Autrichienne Kate Allen et la Chinoise Lin Xin. La championne olympique n'a participé qu'à une seule Coupe du Monde (New Plymouth) et elle ne l'a pas terminée. Quant à la représentante asiatique, on ne l'a pas encore vu à l'œuvre cette année.

Huit pays auront droit à trois dossards pour les Jeux. Avant le début de saison, six étaient déjà certains de les obtenir : la Nouvelle-Zélande, l'Allemagne, les États-Unis, l'Australie, le Japon et le Canada. Trois nations restaient encore lice pour les deux dernières places : la Suisse, l'Autriche et la France. Grâce aux superbes performances de Daniela Ryf (4e à Plymouth, 7e à New Ishigaki), la Suisse a rejoint le clan des six heureux.

Trois pays sont encore en lice pour la place de 8e et dernière nation à obtenir trois dossards : la France, l'Autriche et la Grande-Bretagne qui revient dans le jeu. Les troisièmes athlètes de chaque pays au classement olympique sont Marion Lorblanchet, Kate Allen et Liz Blatchford. Même si elle les devance pour l'instant, la Beauvaisienne n'aura pas la partie facile. L'Autrichienne n'est autre que la championne olympique en titre et la Britannique a réalisé un remarquable début de saison (7e à Mooloolaba, 5e à New Plymouth).

Marion Lorblanchet reste malgré tout confiante : " j'ai manqué un peu de rythme pour mon retour parmi le gratin mondial. À ce niveau, rien ne remplace la compétition. Le résultat d'Ishigaki me laisse encore un espoir de qualification olympique. Chaque point ITU étant compté en vu d'un éventuel troisième dossard pour la France, je vais devoir très certainement modifier mon calendrier en allant courir début mai la Coupe du Monde de Richard's Bay en Afrique du Sud afin de résister au retour en force des nations que sont l'Autriche et la Grande Bretagne, principales concurrentes directes désormais."

Quoi qu'il en soit, la lutte promet d'être serrée jusqu'au 8 juin au soir, date d'arrêt des quotas olympiques par pays.