Christophe Guiard Triathlete Magazine

Photo : Christophe Guiard

Après la période foncière, vous avez développé en mars votre vitesse maximale aérobie. La fameuse VMA. En avril, vous devez passer à une nouvelle étape. Celle qui va vous permettre de tenir plus longtemps un effort réalisé en VMA. Cela s'appelle le temps de soutien.

Par Benoît Valque (www.trainingattitude.com)

Depuis le mois dernier, vous êtes entré dans une phase d’entraînement plus spécifique. Celle-ci est, grossièrement, marquée par davantage d’intensité. Il s’agit de développer vos capacités dans les trois disciplines avant d'aborder vos premiers objectifs de compétition.

Dès lors qu’on évoque la VMA (vitesse maximale aérobie), beaucoup répondent le fractionné, sous-entendant par ce terme les intervalles courts. Après ce cycle de développement de la VMA, indispensable et théoriquement entrepris le mois dernier, vous devez également travailler le temps de soutien à VMA. Il s’agit ici - et maintenant - de soutenir plus longtemps la VMA.

LISEZ LA SUITE DE CET ARTICLE DANS LE NUMÉRO D'AVRIL DE TRIATHLETE, À PARAÎTRE LUNDI 31 MARS.