DEPART FEMMES

Photo d'archives : Thierry Deketelaere

Hammamet accueillera ce week-end le championnat d'Afrique. La vile tunisienne sera bien plus que le théâtre de la compétition continentale. L'ITU entend profiter de l'occasion pour mettre le triathlon sur de bons rails dans cette partie du monde où il est mal implanté.

Triathlete a deux envoyés spéciaux. En plus de la couverture de la course (sur www.triathlete.fr), nous vous présenterons dans le numéro d'avril un dossier sur le triathlon en Afrique. Avec comme question en filigrane : au-delà de l'Afrique du Sud, le triathlon a-t-il un avenir sur le continent africain ?

L'ITU multiplie les actions en ce sens. En marge du championnat, la fédération internationale a animé dans la station balnéaire tunisienne des stages pour les entraineurs et les dirigeants. Ce sont eux qui peuvent faire décoller le triathlon en Afrique qui ne compte qu'une vingtaine de fédérations. La Tunisie en dispose d'une depuis l'an dernier. Le fait qu'elle reçoive ce week-end la compétition continentale doit être vu comme un symbole.

Les résultats de la course devraient aussi symboliser les limites actuelles du triathlon africain. En dehors des Sud-Africains, c'est un peu le désert. Aucun athlète d'un autre pays ne semble actuellement en mesure de concurrencer les Springboks qui détiennent les deux couronnes continentales.
Chez les femmes, Kate Roberts défendra son titre avec pour principale rivale sa compatriote Mari Rabie. Les deux femmes ont gagné l'épreuve au cours des trois dernières années. Corinne Berg pourrait permettre à l'Afrique du Sud de réaliser le hat trick. Chez les hommes, le titre paraît aussi promis à un Springbok. Et probablement à Hendrik DeVilliers, lauréat en 2007, premier Africain à avoir remporté une étape du Coupe du Monde (ndlr : l'an dernier, chez lui à Richards Bay). Son compatriote Erhard Wolfaardt et le Zimbabwéen Christopher Felgate semblent les seuls à pouvoir lui donner du fil à retordre.

Pour les élites, la compétition est d'autant plus importante que le vainqueur (homme et femme) sera assuré d'un billet pour les Jeux de Pékin. Pour les groupes d'âge, le seul véritable objectif sera de prendre plaisir à disputer un triathlon en Afrique. Le championnat africain existe depuis 1993. 300 concurrents y avaient participé. L'Afrique du Sud avait déjà dominé les débats, grâce à la victoire de Hanele Steyn et Conrad Stoltz.

Des concurrents européens, invités par les organisateurs, participeront également à l'épreuve. Parmi eux figurent les Français Nicolas Becker (Montluçon), Toumy Degham (Mulhouse), Aurélien Lescure (Parthenay) et Laurie Belkadi (Parthenay). A noter également la participation du sociétaire du Lagardère Paris Racing Mehdi Essadiq qui sera le premier triathlète à porter les couleurs du Maroc sur une compétition internationale. Seront également de la partie les Italiens Emilio d'Aquino, Ivan Risti et Béatrice Lanza ainsi que l'Allemand Michaël Raelert.

La température de l'eau a été mesurée à 16°. Comme la météo annonce un temps très couvert pour demain, le mercure ne battra certainement pas des records demain.

Départ des épreuves élite :

- femmes : 12h20
- hommes : 15h00