cam_brown_.jpg

Photo d'archive Christophe Guiard

L'Ironman de Nouvelle-Zélande est leur jardin. Aucun athlète n'est en mesure de mettre à mal leur suprématie. Cameron Brown et Joanna Lawn ont confirmé leur supériorité hier à Taupo lors de l'Ironman de Nouvelle-Zélande.

Pour Brown, la victoire a été relativement aisée puisqu'il s'impose avec 6'46 d'avance sur le Belge Frederic Van Lierde. A 35 ans, il signe là son septième succès dans cette compétition. Un succès qui a pris une autre tournure que celui acquis l'an dernier. En 2007, l'Australien Luke Bell lui avait longtemps tenu la dragée haute avant de baisser pavillon face à la vitesse de Brown en course à pied.

Cette fois encore, Brown a forgé son succès lors du marathon. Son compatriote Kieran Doe avait bien réussi à prendre de l'avance en natation et à vélo. Mais pas assez. Et les conditions météo (vent et pluie) ont probablement entamé celui qui peine encore en course à pied. J'ai bataillé pour trouver mon rythme à vélo. Je savais que mon avance avant la troisième discipline n'était pas suffisante, assure Kieran Doe. Et d'ajouter : Cameron m'a passé comme un avion. A ce moment-là, je me suis demandé si j'allais finir.
Il est vrai que Brown paraissait dans une forme éblouissante. Tout s'est bien passé. Je n'ai eu aucun souci, confirme celui qui annoncé sa présence lors de la prochaine édition.

Joanna Lawn a promis également de revenir. Elle aurait tort de se priver. En remportant l'Ironman de Nouvelle-Zélande pour la sixième année consécutive. Jamais une athlète n'avait jusqu'alors remporté la même épreuve autant de fois consécutivement. Agée de 34 ans, Lawn a dû s'employer pour cueillir ce nouveau bouquet. La faute à l'Australienne Kate Bevilaqua qui lui a tenu tête jusqu'au 28e km du marathon.

Lawn reconnaissait avoir été bien embêtée : Elle va si vite. Elle revenait vite sur moi. Mais l'Ironman est aussi une affaire de mental. J'ai trouvé les ressources morales pour accélérer. Je ne voulais pas être battue dans les dernières kilomètres. Cette journée a été l'une des plus difficiles pour moi. Lawn s'est tellement donnée que les services médicaux ont été obligés de s'occuper d'elle immédiatement après l'arrivée.

Femme

  1. Joanna Lawn (NZL) 9:16:00
  2. Kate Bevilaqua (AUS) 9:20:06
  3. Emi Shiono (JPN) 9:23:26
  4. Bella Comerford (SCO) 9:25:33
  5. Gina Ferguson (NZL) 9:33:29
  6. Fiona Docherty (NZL) 9:41:56
  7. Joanne Bennett (AUS) 9:47:27
  8. Emma Weitnauer (AUS) 10:01:56
  9. Sue Mellsop (NZL) 10:08:27
  10. Franks (AUS) 10:10:37

Hommes

  1. Cameron Brown (NZL) 8:24:49
  2. Frederik Van Lierde (BEL) 8:31:35
  3. Kieran Doe (NZL) 8:33:35
  4. Stephen Bayliss (UK) 8:37:03
  5. Pete Jacobs (AUS) 8:47:03
  6. Hubert Jammerl (AUT) 8:47:36
  7. Richard Ussher (NZL) 8:48:10
  8. Duncan Milne (NZL) 8:56:30
  9. Daniel Eiederreiter (AUT) 8:57:51
  10. Scott Neyedli (SCO) 9:00:17.