valberg_parcours.jpg

photo d'archives : Christophe Guiard
C'est dimanche prochain à Valberg que débutera la saison de triathlon. Il n'y aura bien sûr pas de natation dans la station des Alpes-Maritimes puisqu'il s'agit d'un triathlon des neiges. Avec un mètre de poudre blanche dans le village, les concurrents sont assurés d'évoluer dans des conditons optimales sur un parcours totalement enneigé. Pour la deuxième année consécutive, l'épreuve sera Coupe du Monde de la spécialité. Mais le tracé a changé par rapport à l'an dernier.

Jean-Luc Capogna, ancien triathlète de haut niveau dans les années 80, organise la manifestation. Il est épaulé pour la partie technique par Jea-Pierre Guillaume, fidèle participant à la course, qui a dessiné le nouveau parcours. Les deux hommes vous parlent de leur épreuve fétiche.
Triathlete : pour 45 euros d'inscription, à quoi ont droit les concurrents ?
Jean-Luc Capogna : Ils ont évidemment droit au dossard, ainsi qu'aux ravitaillements, à un buffet dinatoire après la course et à un t-shirt très sympa. Cette année, il y a une très belle sérigraphie rappelant le tryptique de la Coupe du Monde : Valberg - Flassin - Ushuaïa. Les concurrents disputent une manche de Coupe du Monde ce qui offre une garantie en matière de chronométrage, de sécurité, d'accueil.
Pourquoi avoir conservé le label Coupe du Monde ?
Jean-Luc Capogna : Si je voulais être pince-sans-rire, je dirais que ce label ne m'apporte que des ennuis. Mais ce n'est pas le cas. Il offre du prestige à la course. Cela fait plaisir de proposer aux athlètes une course internationale. Nous le faisons aussi parce que nous croyons encore au triathlon des neiges. En tant qu'ancien athlète, j'essaie de rendre la pareille à ceux qui m'ont permis de pratiquer mon sport. Cela prend un temps dément à organiser une telle course. On se défonce. Heureusement, j'ai le soutien de bénévoles dévoués, de la mairie de Valberg et des conseils général et régional.
Cette fois, la neige est au rendez-vous, contrairement à l'an dernier.
Jean-Luc Capogna : Oui, cela devrait soulager les concurrents car un triathlon des neiges est toujours plus facile avec une neige fraîche. Grâce aux grosses chutes de neige, il n'y aura pas de dévers qui compliquent toujours la tâche des concurrents. En plus, à Valberg, les pisteurs font un gros boulot pour bien travailler la neige.
Le parcours a évolué.
Jean-Pierre Guillaume : oui, on l'a simplifié. Le tracé de la course-à-pied a complètement changé. Il est calqué sur le parcours VTT de l'an dernier sauf qu'on a supprimé le tour du lac. Il y aura deux tours : un dans sens, le second dans l'autre. Le départ se fera sur un faux-plat descendant. Ensuite, il y aura une belle montée puis une longue partie plane et enfin une grande descente qui mène au parc de transition. Sur les 3,4 km d'une boucle, les concurrents courront sur près de 2 km de plat.
La partie VTT a-t-elle aussi changé ?
Jean-Pierre Guillaume : oui, on l'a racourcie de 1,5 km. Il y aura trois tours de 3,9 km, pour un total de 11,2 km. La quasi totalité se fera sur le vélo. Le début comporte une assez longue montée. Il y a ensuite un replat puis une longue descente sur une piste alpine (bleue). Cette descente est très fun. Bien sûr, il faut faire attention. Si les concurrents ne gonflent pas trop leurs pneus et que ces pneus sont à crampons, il n'y a pas de souci.
Qu'en est-il du ski de fond ?
Jean-Pierre Guillaume : Il y a quatre tours de 2,26 km. C'est, des trois parties, la plus facile. Il n'y a pas dévers, pas de montée trop difficile. Les concurrents devront simplement se réserver à pied et à VTT. Dans ces deux disciplines, il y a suffisamment de replats et de descentes pour se préserver.
Quels avantages présentent ce parcours nouveau ?
Jean-Pierre Guillaume : Puisqu'il y a plusieurs tours dans chaque discipline, il y aura du spectacle en permance. Les athlètes verront aussi toujours du monde. Le ski de fond, qui rebute parfois les triathlètes, est accessibles aux débutants. Il y aura aussi un côté innovant avec le passage des concurrents dans le parcours à vélo, aussi bien en course à pied qu'à VTT et en ski de fond. C'est une volonté de l'ITU que nous avons prise en compte. L'ITU veut aussi que cela se gagne en moins de 1h30. Nous avons réduit les difficultés pour que cela soit largement possible. Dernier avantage et pas des moindres, la beauté des paysages et la chance de passer souvent dans des parties boisées. En plus, la météo prévoit du soleil. Que demander de plus ?
Un maximum de sécurité ?
Jean-Pierre Guillaume : Elle sera évidemment assurée. La longue descente à VTT se fait sur une piste alpine qui sera totalement fermée. Sur l'ensemble du parcours, il n'y a qu'une seule piste croisée. Mais l'endroit sera totalement sécurisé et ne présente vraiment aucun danger. Il n'y a jamais eu aucun incident à Valberg. Personnellement, j'ai fait la course à de nombreuses reprises et je ne me suis jamais senti en danger.

  • En bref
  • Date : 13 janvier
  • Départ : 10h30
  • Distances : 6,8 km (CP) x 11,2 km (VTT) x 9 km (ski de fond)
  • Tarif : 45 euros (licenciés FFTRI) / 50 euros (non licenciés)
  • Inscriptions : 04 75 05 14 88 / capognatopfit@wanadoo.fr
  • Réservation d'hébergement : 04 93 23 24 32