Tayama.jpg

Photo : ITU
L’expression est parfois galvaudée. Cette fois, elle ne l’est pas. Hirokatsu Tayama a vraiment écrit l’histoire, celle de son sport du moins, en devenant le premier Japonais vainqueur d’une Coupe du Monde. Son séjour à Eilat (Israël) restera à jamais gravé dans sa mémoire.

Dire que sa victoire constitue une surprise n’est pas lui faire injure. Jusque-là, sa carrière ne se distinguait que par une 7e place en 2006, à Ishigaki (Jpn), et une 13e place aux Jeux d’Athènes (2004). Comme souvent en Coupe du Monde, c’est en course à pied que les places d’honneur ont été distribuées. A ce jeu, Hirokatsu Tayama a bien bluffé les autres.
Il est parti comme une balle dès sa descente de vélo. Les autres n’ont pas réagi. Erreur. Grosse erreur. A l’arrivée, ils n’avaient plus que leurs yeux pour pleurer. Volodymir Polikarpenko, excellent coureur à pied, aurait pu ajouter un nouveau success en Coupe du Monde s’il n’avait pas laissé filer le Nippon. L’Ukrainien peut s’en vouloir, même s’il signe avec sa 2e le 22e podium de sa carrière.
Aucun Français ne peut revendiquer une telle performance. Et ce n’est pas à Eilat qu’ils ont garni leur palmarès. Alors que cette ultime manche paraissait accessible en raison de l’absence de tous les meilleurs mondiaux, aucun tricolore n’a été en mesure de se hisser dans le Top 10. Stéphane Poulat, le meilleur d’entre eux, termine 12e. Tony Moulai finit 15e et Cédric Fleureton 22e.

Le Top 10

  1. Hirokatsu Tayama (JPN) 1:49:47
  2. Volodymyr Polikarpenko (UKR) 1:50:32
  3. Alexander Brukhankov (RUS) 1:50:36
  4. Dmitry Polyansky (RUS) 1:50:44
  5. Duarte Silva Marques (POR) 1:50:47
  6. Andriy Glushenko (UKR) 1:50:59
  7. Oliver Freeman (GBR) 1:51:03
  8. Richard Stannard (GBR) 1:51:07
  9. Matt Reed (USA) 1:51:14
  10. Axel Zeebroek (BEL) 1:51:22