Air_France_Guadeloupe.JPG

Hier, nous vous avons relaté la victoire de Stéphane Poulat lors du triathlon Karukera qui s'est déroulé dimanche dernier. Voici maintenant les impressions de Vincent Castaner, du club de Rosny-sous-Bois, qui a effectué le déplacement en compagnie de l'amicale sportive d'Air France.

"Dimanche 25 novembre, 8h00, pointe de la verdure Guadeloupe, 30°C. Nous sommes une dizaine de triathlètes venus participer à la 15e édition du triathlon Karukera (format Courte Distance). La majorité fait partie de l’amicale sportive d’Air France. Nous sommes bien loin de la température qui régnait en métropole quand nous étions partis trois jours auparavant.
Le niveau de la compétition est relevé avec notamment la présence de Benjamin Samson, Stéphane Poulat, Stéphane Valenti, Nicolas le Hir, Cyril Moreau et Charlotte Morel.
En raison de la température élevée de la mer, la natation s’effectue sans combinaison. Pas mal de vague et de courant, mais c’est rare de nager sans combinaison, alors on en profite. Le parcours vélo est quant à lui très ardu avec notamment une première partie très vallonnée. Nous avons le temps néanmoins de profiter du décor magnifique. Dépaysement garanti ! Avec la fameuse « bosse du cocoyer » à escalader, la trifonction ne met pas beaucoup de temps à sécher. La sensation de chaleur apparaît très vite. Sur les bords de la route, quelques supporters nous encouragent. La deuxième partie vélo consiste en un aller-retour sur une route roulante et beaucoup moins vallonné, mais le vent, de la partie, rend les choses compliquées. L’arrivée du vélo s’effectue à l’intérieur de la caserne de gendarmerie de Petit Pérou (le parcours n’étant pas en boucle).
Et c’est reparti pour trois tours de course à pied sous le cagnard. Le circuit est tracé à la fois sur la route, sur l’herbe et sur la terre. Cela monte et cela descend presque sans arrêt. Et comme la chaleur est dure à supporter, beaucoup d’entre nous ont été contraints de marcher. Ce n’est pourtant qu’un CD ! Le passage d’un nuage est considérée comme une bénédiction. Tous les membres de notre groupe ont franchi la ligne d’arrivée. Dominique Courboulin, Président de l’ASAF, a été le meilleur d’entre nous (5e vétéran). Nous ne nous sommes pas attardés après la course. Quelques d’entre nous, dont le co-pilote qui a participé au sprint, sommes en effet repartis le soir même. Ce déplacement fut court mais bien agréable.