Cardio_novembre.jpg


Combien de triathlètes ne possèdent pas un cardiofréquencemètre ? Très peu. Combien s'en servent bien ? Souvent encore, le cardiofréquencemètre est mal utilisé, voire carrément abandonné. Ce paradoxe est très certainement lié à une méconnaissance des bonnes règles d’utilisation de cet outil. Le docteur Thierry Laporte, cardiologue du sport, marathonien, vous donne les clés pour un usage optimum.

Par le Dr Thierry Laporte*

LA FRÉQUENCE CARDIAQUE
Chez tout être humain, il existe une même relation directe et proportionnelle entre la quantité d’oxygène utilisée (consommée) et la quantité d’énergie mécanique produite (exprimé en watts en cyclisme , en km/h en C; à pied ). Il est donc possible d’estimer une VO2 (consommation d’oxygène) en fonction du type et de l’intensité de l’activité physique réalisée. Tout être humain, quels que soient son âge, son poids, sa taille ou sa condition physique, sollicitera toujours la même consommation d’oxygène (par unité de poids corporel) pour réaliser la même activité à la même intensité. La FC est le seul facteur modulable et immédiatement modifiable.

LISEZ LA SUITE DE CET ARTICLE DANS LE PROCHAIN NUMÉRO DE TRIATHLETE MAGAZINE EN KIOSQUE DEMAIN 7 NOVEMBRE