hawai_maca.jpg

Photo : Christophe Guiard

(d’un de nos envoyés spéciaux). Depuis le temps qu’il court après, Chris McCormack a enfin remporté l’Ironman d’Hawaii. L’Australien avait frôlé la victoire l’an dernier, finissant à moins de deux minutes de Normann Stadler. Après l’abandon du tenant du titre et le forfait de Faris Al Sultan, il ne pouvait manquer l’occasion.

Mais il a dû s’employer. Car à l’issue du vélo, il pointait à près de 9’ de Sindballe, auteur d’un vélo extraordinaire (4h25’26). Le Danois n’est pas un grand coureur à pied. En revanche, Vanhoenacker en est un. Le Belge, parti en 4e position, constituait une vraie menace pour Macca. Idem pour Chris Lieto. Pendant un moment, le suspense restait entier. Avant que l’Australien mette les gaz. Un à un, il remontait ses adversaires. Lieto était le dernier à résister. L’Américain se montrait vite incapable de tenir le rythme du coureur fou. Il était même obligé de marcher. En sortant d’Energy Lab, Macca avait donc un boulevard devant lui.
Ce n’est pas son compatriote Craig Alexander, remonté à la 2e place, qui allait le rattraper. Après 8h15 d’efforts, dont un hallucinant marathon en 2h42, il décrochait sa première victoire à Hawaii. Sans conteste, McCormack était le meilleur aujourd’hui. Tous ses concurrents doivent le reconnaître. Fair-play, Normann Stadler est venu le saluer dans l’aire d’arrivée. Les deux hommes ne sont pourtant pas les meilleurs amis du monde, après s’être invectivés au cours des derniers mois.
Comme chez les hommes, la compétition féminine a été marquée par l’abandon de la tenante du titre. Michellie Jones a mis la flèche alors qu’elle figurait encore avec les meilleures. Mais l’Australienne n’était pas dans sa meilleure forme. Quand elle a arrêté, la course a changé de physionomie. C’est quasiment à ce moment que Chrissie Wellington a pris les commandes. Qui aurait imaginé que la Britannique irait au bout ? La Britannique a bien gagné l’Ironman de Corée. Mais c’était il y a seulement six semaines et il s’agissait de sa première expérience sur la distance. Impossible d’imaginer qu’un mois et demi après, elle allait dominer le sommet de la discipline. Et pourtant, elle a réussi une performance athlétique hallucinante, signant les meilleurs temps à vélo (5h06’15) et à pied (2h59’58).
Côté français, il n’y a pas eu de miracle ni de surprise. Patrick Vernay a conservé sa position de meilleur tricolore. Mais au moment de poser le vélo, le Top 10 paraissait compromis. Le Néo-Calédonien entrait en effet dans le parc en 26e position avec un quart d’heure dans la vue. Mais il n’est pas homme à résigner. D’autant plus qu’il connaît ses qualités pédestres. A la faveur d’un marathon en 2h48 (3e meilleur temps), il effectuait un bon en avant pour prendre une inespérée 10e place. Xavier Le Floch, lui, a abandonné au début des 42 bornes. Quant à Gilles Reboul, il a fini 43e, juste après Chrissie Wellington.

Stéphane Lanoue

Top 10 hommes

  1. Chris McCormack (Aus) 8:15:34
  2. Craig Alexander (Aus) 8:19:04
  3. Torbjorn Sindballe (Dan) 8:21:30
  4. Timothy DeBoom (Usa) 8:22:30
  5. Marino Vanhoenacker (Bel) 8:23:31
  6. Chris Lieto (Usa) 8:25:49
  7. Eneko Llanos (Esp) 8:26:00
  8. Luc Van Lierde (Bel) 8:30:01
  9. Michael Lovato (Usa) 8:33:28
  10. Patrick Vernay (Fra) 8:35:10

Top 10 femmes

  1. Chrissie Wellington (Gbr) 9:08:45
  2. Samantha McGlone (Can) 9:14:04
  3. Kate Major (Aus) 9:19:13
  4. Joanna Lawn (Nzl) 9:26:47
  5. Rebecca Preston (Aus) 9:26:55
  6. Rebekah Keat (Aus) 9:27:19
  7. Dede Griesbauer (Usa) 9:33:34
  8. Leanda Cave (Gbr) 9:36:10
  9. Belinda Granger (Aus) 9:37:54
  10. Erika Csomor (Hon) 9:39:47

hawai_1er_fille.jpg