hawai_famille_andr_.jpg

Photo: Christophe Guiard/ François André

(d'un de nos envoyés spéciaux) Quotidiennement jusqu'à samedi, jour de la course, nous vous dresserons le portrait de Français qualifiés pour l'édition 2007 de l'Ironman d'Hawaii. Après Arnaud Picut, c'est le tour du Toulonnais François André, âgé de 46 ans.

Ils sont venus, ils sont tous là. La femme Marie Jo, la fille Emmanuelle et le fils Thomas. Pour aucun empire, la famille André n'aurait voulu rater la prestation du mari ou du papa, François. L'intéressé avoue qu'il attache de leur importance à leur présence : " c'est sécurisant de les sentir à côté de moi. Et puis, je souhaitais leur faire partager ce grand moment. J'espère que je ne vais pas les décevoir." Ses supporters préférés sont souvent là quand il participe à une compétition. Cela fait 14 ans que cela dure. Avant le triple effort, François André pratiquait la course à pied.
Quatre ans après ses débuts sur le triple effort, le Toulonnais a opté pour le long. Il compte à ce jour 12 expériences sur ce type de distance. Le Varois s'est qualifié à Nice en juin dernier, avec une 5e place dans sa catégorie (40-46 ans). S'il avait échoué, il n'en aurait pas fait une maladie. " Contrairement à certains, ce n'était pas une obsession pour moi d'obtenir mon billet pour Hawaii. Mais je ne boude pas mon plaisir pour autant '', explique le Varois. Il est séduit par l'ambiance qui règne à Kona. Il savait à quoi s'attendre. Des amis, ayant déjà testé l'expérience, lui avaient raconté tout dans le moindre détail. " J'ai quand même eu droit à quelques surprises qu'ils avaient oublié de me narrer. Heureusement, sinon ce ne serait pas marrant ", rectifie l'Azuréen.
Il ne s'est pas fixé d'objectif temps pour samedi : " c'est difficile de viser juste la première fois à Hawaii. J'espère simplement une bonne place dans ma catégorie d'âge." S'il veut figurer dans le Top 10 des 40-46 ans, il faudra qu'il nage bien mieux qu'à l'accoutumée. Par ailleurs, le Varois est plutôt homogène dans les autres disciplines. S'il se relâche durant la course, sa famille fera tout pour lui remonter le moral. Thomas, le fiston, se déplacera à vélo pour le voir passer le plus de fois possible. Lui aussi est triathlète. Elève au Pôle de Boulouris, il figure chaque année parmi les meilleurs de sa catégorie d'âge (champion de France minime en 2005, 4e en cadet cette année). Lui aussi ouvre les yeux grands écarquillés et se voit déjà à la place de papa dans quelques années. Mais en attendant c'est le rôle de supporter qu'il doit tenir. Papa aura bien besoin de son réconfort et celui du reste de la famille quand il aura des moments difficiles durant la course. Bonne course à toute la famille André !

Olivier Berraud.