Entra_nement_etirements_1.jpg

Les étirements sont une composante fondamentale de votre entraînement. À chaque que vous effectuez une séance, vous devez vous étirer. Avant, pendant et après. Conseils et exercices.

Par Benoît Valque
www.trainingattitude.com

Les étirements ne sont pas facultatifs. Au même titre que l’échauffement et le retour au calme, ils sont indispensables. Pourquoi ? En triathlon, ils ne vous servent pas pas à gagner en souplesse mais à atteindre d'autres objectifs :
- conserver une bonne amplitude de mouvement. Un muscle qui reste contracté en permanence n’est pas efficace.
- améliorer la récupération car les étirements facilitent l'élimination des déchets.
- éviter les blessures musculaires, articulaires, tendineuses, etc. Les étirements jouent un rôle de prévention.
- permettre le relâchement des groupes musculaires. Le muscle se relâche lors de l’étirement et se contracte à l’effort.
- retrouver l’élasticité et la longueur normale et optimale du groupe musculaire contracté par l’exercice sportif.

Lors des étirements, muscles et tendons sont mobilisés de consort.
Comment ?

LISEZ LA SUITE DE CET ARTICLE DANS LE PROCHAIN NUMÉRO DE TRIATHLETE MAGAZINE, EN KIOSQUE LE MERCREDI 3 OCTOBRE

En bonus, découvrez des conseils pour bien placer votre respiration lors des étirements

Connaissez-vous la respiration posturale ? Probablement pas. Elle est pourtant la clé des étirements. Cette technique a été présentée lors du symposium régional et des rencontres médicales de triathlon organisé en septembre dernier à Gruissan (Aude). Jean-Paul Valentin, de l'équipe de prévention et d'éducation santé et sport à la Drjs de Montpellier, vous livre les bases de son intervention.
Le système nerveux règle le tonus (la tension) des muscles. Organisés en chaînes de posture et de mouvement, le risque de déséquilibre est permanent. La rétraction de certains maillons, au dépend de l’ensemble, entraîne baisse d’efficacité, fatigue, blessures… Etirer ces chaînes, cibler les “maillons à risque“ est primordial, notamment en récupération. La posture respiratoire en est la clé.