nico_becker.JPG

Tu t'es aligné sur des courses relevées à l’étranger, quel était le but de ces participations ?
J’essaie de participer à des très grosses courses avec un plateau des plus relevés qui se trouvent hors circuit World Cup. C’est un moyen pour moi de pouvoir me frotter aux meilleurs et d’engranger de l’expérience. Je prépare l’avenir et en attendant mon heure, je ne compte pas m’endormir.

Mais ce n’est pas forcément facile puisque tu travailles en parallèle ?
C’est vrai que fin juin par exemple, je devais partir faire une course à l’étranger. Mais je n’ai pas pu en raison de mon travail (ndlr : il travaille au CREPS de Boulouris). Je ne suis pas frustré pour autant tout simplement car cette année a été placée sous le signe de l’épanouissement sportif mais aussi professionnel. A chaque fois que je pars sur une course, ce sont sur mes congés. Tout est une question d’organisation et la formule me convient tout à fait. Je pense ainsi continuer dans ce mode de préparation la saison prochaine.